Les compliments

.

J’ai déjà lu plusieurs articles sur les compliments
et ce que cela entraîne.

En consultant cet article sur un site envoyé par Coccinelle

http://education-bienveillante.fr/les-compliments-sont-ils-bienveillants/

j’ai pensé qu’il était grand temps que je fasse quelque chose.

Cette semaine, j’ai commencé à décrire davantage la situation
ou mon ressenti, plutôt que d’émettre un jugement.

Lundi matin, Esteban a recréé un monde féérique avec mes playmobils « fées ».

Il m’a appelée en me disant qu’il avait fait cela
pour nourrir mon besoin de féérie,
et il voulait savoir ce que j’en pensais.

D’emblée, j’allais lui répondre que je trouvais cela magnifique.

Puis, je me suis souvenue de cet article et d’une vidéo d’Isabelle Padovani,
dans laquelle elle parlait de se connecter à son ressenti
plutôt que d’émettre un jugement.

Je me suis donc recentrée sur moi, je me suis demandée ce que je ressentais
dans mon for intérieur … et, presque instantanément, je me suis connectée
à la joie et à l’amour qu’Esteban avait mis dans sa création …

Je lui ai dit

« Quand je vois ce que tu as fait pour nourrir mon besoin de féérie,
cela me met en joie et je ressens en moi tout l’amour que tu y as mis,
cela me touche beaucoup, merci ! »

J’ai trouvé cela merveilleux de pouvoir communiquer sur mon ressenti.

Tout au long de la semaine, j’ai été attentive à être dans le descriptif
de la situation ou dans mon ressenti … plutôt que dans le jugement …

Et, lorsque je me prenais à émettre un jugement, je disais à haute voix
que là c’était un jugement de ma part, et alors je me recentrais à nouveau
sur mon ressenti …

Pour changer une habitude, 21 jours consécutifs sont nécessaires.

Je sais que cela va prendre un peu de temps, mais maintenant
que j’ai mis cet automatisme en lumière, et que j’en ait fait un objectif,
je vais le « travailler » tous les jours afin de pouvoir le changer !

.

Publicités

L’origine du calendrier

.

Ce matin, Esteban me pose des questions sur le temps

– le temps qu’il reste avant qu’Inès vienne jouer
– avant que je parte en formation
– avant que Yanis et Espérance viennent en vacances …

Sur son calendrier « Wapiti », je lui indique les jours
où vont se dérouler chaque évènement.

Évidemment, nous visionnons un « C’est pas sorcier ».


Je pense qu’il serait intéressant de remanier le semainier,
que j’ai réalisé depuis un moment déjà, pour l’exploiter à notre façon.

Mais, avant je me penche sur un sujet qui me tient à cœur,
depuis que j’ai découvert cet article

http://www.leo-melrose.com/quand-notre-enfant-ne-veut-pas-aller-se-coucher/

et vu cette photo.

petit-rituel-dodo

Sur powerpoint, je me lance dans la création
d’un rituel du soir pour Esteban.

Je répertorie sur une feuille tout ce que nous faisons le soir,
en notant les heures approximatives.

En réalisant ce planning sur l’ordi,
je me rends compte que cela pose problème à 2 niveaux.

 D’une part, si j’établis une routine diner/coucher,
le planning se trouvera soit au rez-de-chaussée, soit au 1er étage …
Je décide donc de commencer par le rituel du coucher.

  • D’autre part, je pense que le timing est susceptible d’être modifié
    en fonction de divers paramètres (week-end, vacances, heures d’hiver/d’été …)
    Afin d’éviter de refaire le planning, je confectionne des étiquettes
    « heures » transposables, que je plastifierai et scratcherai
    aux endroits définis.

Diapositive1 Diapositive3

Puisqu’Esteban ne sait pas encore lire,
je réalise des étiquettes écrites
mais aussi des étiquettes imagées.

Je pense même à prendre des photos de la pendule
à chaque heure, pour qu’il puisse retrouver …
et l’heure chiffrée … et l’heure de la pendule.

Je ne pouvais bien sûr pas tout faire aujourd’hui,
aussi, ai-je choisi ce qui me mettait le plus en joie …
la création sur powerpoint !

Ce soir, il me reste la routine du diner à préparer,
des photos de la pendule à prendre
et également notre semainier à personnaliser.

Diapositive2

Finalement, j’ai bien avancé !

Je suis contente de moi … je me félicite !

.

Vive le quart d’heure de folie !

.

IMGP3773

Avant hier, les « 45 minutes de folie » m’ont fait le plus grand bien !

Cela m’a permis, non seulement de partager
un merveilleux moment avec les enfants,
mais aussi de me reconnecter à la joie
et à l’espièglerie de mon enfant intérieur …
Waouh ! il y a longtemps que je ne m’étais pas aussi bien amusée
et que je n’avais pas autant ri !

Face à cet élan de vie, nous nous accorderons
chaque jour notre « 1/4 d’heure de folie »
pour vibrer sur cet élan de joie !

.

Un rythme de publication !

.

Je suis toujours à la recherche d’un rythme de croisière
pour la publication des articles.

La semaine dernière, j’en ai publié un certain nombre,
non seulement pour récupérer mon retard,
mais aussi parce que j’ai fait de nombreuses découvertes
et ouvert de nouvelles rubriques …

Ces dernières me passionnent
mais nécessitent un certain temps de recherche
dont je ne dispose pas si je publie chaque jour.

Par contre, cette semaine, j’ai écouté mon besoin de repos
et mon besoin de travailler sur la formation des clés du passé,
d’où le peu d’articles publiés.

Je vais donc réfléchir à une organisation
qui me permette de tout développer de front …
qui me laisse assez de liberté et de souplesse ..
et qui nourrisse mon élan de vie !

Dans ce but, je prendrai rendez-vous avec « moi-m’aime »
afin de noter noir sur blanc l’ensemble de mes souhaits
pour, ensuite, les intégrer dans un ou des plannings.

.

 

Je continue d’apprendre !

.

DSC05941

Alors que nous attendons Titouan,
c’est Mamilie qui arrive …
et qui va faire l’activité …
car, finalement, Titouan ne viendra pas !

Je ne sais pas qui, de Mamilie ou de moi-même,
est la plus déçue …
car nous nous imaginons à la place d’Esteban …

Mais, lui, ne réagit pas comme ça …
il accueille les choses comme elles viennent
et est ravi de nous expliquer
comment nous allons procéder !

Esteban vit l’instant, tandis que nous,
nous vivons ce changement comme quelque chose de décevant …

Encore une leçon de lâcher prise !

Merci Esteban !

En réalité, nous passons tous les 3 un moment formidable,
à échanger ensemble tout en excavant
et à nous émerveiller devant la beauté des glaçons !

DSC05939

Mamilie repart ravie d’avoir partagé ce moment avec nous …
moi, je suis enchantée de prendre conscience de tout cela
et, en même temps, super contente d’avoir nourri mon besoin de féérie …
tant j’étais en admiration devant la magnificence des glaçons !

.

.

Merci, Marie-Laure !

.

Grâce à tes liens sur la parentalité ludique,
j’ai vécu ce matin une expérience très enrichissante …

Esteban, toujours dans l’élan d’hier, me demande de trier des diamants …
de suite, je pense qu’il fait appel à Calculine
afin de catégoriser des objets et que, comme moi,
il a peut-être besoin
de mettre de l’ordre dans sa tête en faisant du tri !

Je le laisse poursuivre son activité sans intervenir,
en me disant que si c’est son besoin du moment,
autant qu’il le nourrisse lui-même maintenant !

Lorsqu’Esteban me demande de trier différentes sortes de perles,
je repense à ce que j’ai lu sur les sites de parentalité ludique
où il est conseillé de « Jouer à deux
et laisser votre enfant prendre le jeu en main … ».

Merci Marie-Laure !

Je laisse à Esteban le soin d’organiser la matinée
et qu’elle n’est pas ma surprise
de constater tout ce qu’il met en place !

Alors que je pensais qu’il avait seulement besoin de trier,
je découvre qu’en fait il prépare une activité de A à Z pour ce soir !

Encore un grand merci Marie-Laure de m’avoir fait découvrir ces liens.

J’ai bien l’intention de laisser plus souvent les commandes à Esteban …
tant l’expérience est allée au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer.

Si vous souhaitez découvrir ce qu’Esteban a fait,
lisez l’article « Une activité rondement menée ! »

.

.

En tâtonnant, j’expérimente !‏

.

Depuis hier, je travaille sur l’organisation des onglets.

Même si j’ai choisi ce sujet,
j’avoue que cela m’a quand même pris la tête !

J’y ai passé beaucoup de temps, j’ai ramé, j’ai tâtonné,
j’ai expérimenté maintes possibilités qui ne me convenaient pas.

Hier soir, j’ai tout laissé en plan
en me disant que la nuit porte conseil.

Effectivement, ce matin les choses étaient plus claires dans mon esprit :

– J’ai gardé la rubrique à « Les 100 ciel »,
où je continuerai de parler des acquisitions
et des apprentissages informels d’Esteban.

– J’ai ouvert une rubrique sur mes apprentissages « L’Apprentissage »
où je parlerai des techniques, outils
que j’utilise concrètement pour l’accompagner.

Si j’ai autant ramé, c’est que je ne savais pas
comment traiter ces 2 rubriques qui, au départ,
étaient regroupées en une seule
car je ne les avais pas distinguées.

Pour l’instant, cette organisation me satisfait.

Si à l’usage, elle ne me convient pas … je la changerai !

Quoiqu’il en soit, je vois le bon côté des choses …
j’ai quand même avancé .

Je me félicite !

.

Je suis super contente d’avoir rédigé le premier article,
car en choisissant de le faire, je l’ai écrit avec plaisir …
et je suis maintenant motivée pour continuer !

Alors, je passe au suivant …
Quel article vais-je choisir ?
Lequel m’amusera le plus ?

J’opte pour la galette des rois.

 

Par où commencer ?

.

De retour de formation, et après une semaine d’interruption
de l’école à la maison, je reprends mon cahier de notes.

Je me demande vraiment par où commencer
tant j’ai d’articles potentiels à écrire !

Entre les « je dois avancer car je n’ai rien écrit depuis longtemps »
et « il faut rattraper mon retard »
je ne suis pas du tout motivée pour me lancer …
j’avoue que j’ai même envie de faire machine arrière
et de reporter l’écriture de ces articles !

Je sais bien que ce n’est pas l’angle
par lequel je souhaite aborder ce travail …
Avant, je l’aurais fait car je n’avais pas appris à m’écouter …
avant, j’écoutais plus les « il faut » que je m’imposais
et j’y obéissais !

Désormais, lorsque j’ai ces phrases en tête,
je me pose la question « de quoi ai-je besoin maintenant ? »
ou « qu’est-ce qui pourrait nourrir mon élan de vie ? »

Là, en l’occurrence, j’ai besoin de liberté, de m’amuser
et de prendre plaisir à rédiger ces articles.

Je reprends donc mes notes, je m’octroie le droit
de choisir l’article que je traiterai en premier
(plutôt que de suivre un ordre chronologique rigide)
et qui me procurera le plus de plaisir à écrire …

Je choisis « croque carottes ».

.

Rendez-vous avec « moi-m’aime » !

.

IMGP2433

Ces derniers mois, ma formation des couleurs
m’a demandé beaucoup de temps et d’énergie :

– pour trouver les tissus, les couper, les trier avant de les faire coudre …
– pour chercher des informations sur la création d’entreprise
que ce soit sur le net ou lors de réunions
– pour tester ou « retester » des personnes …
– pour travailler les cours avec Flora mais aussi la partie
avec le coach d’entreprise …

Un peu avant la session de formation de décembre,
je me suis rendu compte que créer mon entreprise maintenant
allait me demander beaucoup trop de temps
et que je n’étais pas prête à m’investir autant
pour quelque chose qui n’était ni ma priorité,
ni mon besoin premier !

En fait, depuis plusieurs semaines je ne m’y retrouvais plus …

J’ai donc pris rendez-vous avec « moi-m’aime »
afin d’y voir plus clair …

Il en ressort que :

– créer mon entreprise me demande plus d’énergie que cela ne m’en apporte
– les choses ne coulent pas vraiment de source
quant à la création d’une entreprise en ce moment
– gérer de front les couleurs et l’école à la maison ne me convient pas …
 j’ai en effet beaucoup moins d’énergie, d’idées, de disponibilité
et de patience avec Esteban … et, bien évidemment, moins de temps
à consacrer au blog et à la création de nouveaux jeux …

Je me suis interrogée …

« Quels besoins je nourrissais en créant mon entreprise ? »
« Quels besoins je nourrissais pour l’école à la maison ? »

Et là, il n’y a pas photo :

Avec l’école à la maison, je nourris tous les besoins
de mon élan de vie, soit 10
Avec la création d’entreprise, je n’en nourris qu’1 voire 2 !!!

Quel soulagement de me l’avouer, de le reconnaître et de l’accepter !

Du coup, j’ai retrouvé plein d’énergie
et j’ai plein d’idées pour cette nouvelle année !

.

.