Motivé !

.

Après s’être intéressé aux vidéos sur la Floride, Esteban est motivé.

​Il reprend tout le livre de Gafi et en lit les 6 premières leçons,
y compris les pages de droite.

​ »Je recommencerai demain » me dit-il !

​En fait, je ne pensais pas refaire Gafi … ce matin, j’avais plutôt l’intention
de lui proposer un livre de première lecture … mais, lorsqu’il me l’a demandé,
j’ai pris un court temps de réflexion en me demandant ce qui était le plus important :
que le livre de première lecture soit lu … ou qu’Esteban prenne plaisir
à lire ce qu’il avait choisi ?

​Pour moi, la réponse était évidente … en choisissant sa lecture,
le nombre de pages et quelque chose qu’il a déjà lu,
Esteban prend confiance en lui … et c’est de loin le plus important !

​Il faut dire que, pendant les vacances, nous avons arrêté l’écriture
et la lecture et, comme ce n’était pas une habitude
Esteban n’est pas encore très sûr de lui …

​Mais en se fixant lui-même un objectif, en choisissant ce qu’il aime
(Cœur en soi), il prend du plaisir à lire …

​Il explique même à Mamilie

​ »Pour écrire de la main gauche, tu as besoin d’écrire tous les jours,
car en écrivant tous les jours, tu t’entraînes et tu réussis à faire
tes lettres de mieux en mieux »

​Il est vrai que, pour Mamilie, c’est aussi très compliqué d’écrire de cette main !

Cet après-midi, Esteban va donc jouer le professeur en traçant des pointillés
que Mamilie n’aura plus qu’à relier et en écrivant lui-même les lettres
qui lui serviront de modèles !

***

‌‌Aujourd’hui, Esteban a relevé son pari en lisant 6 chapitres de Gafi …

Il en a lu 5 ce matin et un ce soir.

​Il a mis plus de temps qu’hier car, plus il avance, plus les textes sont longs !

​ »Si je continue à lire 6 chapitres par jour, au bout de combien de temps
j’aurai fini le livre ? »

​ »Si tu continues à ce rythme, et sachant que ton livre représente 45 chapitres,
tu pourrais terminer ton livre dans 8 jours (6 x 8 = 48).
Mais, il se peut que tu mettes plus de temps car les histoires
deviennent de plus en plus longues ! »

 

.

 

Publicités

De la nouvelle pâte à modeler

.

Depuis quelque temps déjà‌, nous avions besoin
de nouvelle pâte à modeler et, à chaque fois que j’y pensais,
les conditions n’étaient pas réunies.

​Hier, j’ai enfin pris le temps d’en réaliser deux
et, dès aujourd’hui, nous en utilisons une
pour créer des lettres cursives majuscules.

Je m’installe à la table de la salle avec la pâte,
les fiches et le matériel nécessaire pour couper la pâte.

​Je commence donc seule, en espérant qu’Esteban vienne me rejoindre
dès qu’il en aura terminé avec la carte du monde et son leapfrog …

​Ce qu’il fait …

​J’ai déjà modelé le ‘A’ et le ‘B’ … il commence le ‘C’ ;
mais, lorsqu’il remarque les formes complexes
des autres majuscules, il n’est vraiment plus motivé.

« Esteban, je prends les lettres ‘G’ et ‘H’,
as-tu remarqué leur complexité ?
Avec ton doigt, saurais-tu repasser sur les lettres ? »

​Ce qu’il fait aisément !

​ »Veux-tu m’aider pour faire le ‘G’ ?
J’aurais besoin que tu tiennes le bout de la pâte »

​Tout de suite, il me dit

​ »Attends, toi, tu tiens la pâte et moi je vais la poser »

​Je confectionne donc des boudins de pâte relativement fins,
Esteban les pose sur les lettres les plus faciles
et moi sur les autres … et ce, jusqu’à la lettre ‘O’.

​Cette activité lui a permis de

– parler des lettres

​- voir sous quelles formes se cachaient les alphas pour échapper à Furiosa

​- créer une histoire autour des lettres

​- trouver sa propre façon de jouer à cette activité,
en trouvant lui-même le biais par lequel l’aborder

​- développer l’intelligence kinesthésique
​ . en réalisant des boudins fins, longs et solides
​ . en déplaçant les lettres de la table au sol pour prendre les photos,
​ sans les faire tomber et en gardant ses deux cartes en équilibre dans les mains

​Pour les ranger, je demande à Esteban de le faire
le plus vite possible en fonction des lettres que je prononce …

​Il préfère inverser les rôles, c’est donc lui
qui énonce et moi je classe !

​Ainsi, tout est vite rangé et dans la bonne humeur !

​Et c’est avec plaisir que nous allons visionné
« Un chasseur de pierres précieuses ».

.

.

Le jeu des nombres … un jeu de stratégies !

.

Nos cartes « nombres » étant plastifiées,
dans un premier temps, Esteban les classe

dsc08257

– de 0 à 59
– puis, de 60 à 109

dsc08260

Ensuite, je lui demande de poser les cartes imagées
sur les chiffres ou nombres correspondants …

dsc08266

Après en avoir placé quelques-unes, il me propose un autre jeu :
retrouver les chiffres qui forment un nombre.

Il a le ’38’ dans la main et recherche donc le ‘3’ et le ‘8’ …

Il fait quelques associations et continue de positionner
toutes les cartes imagées.

A mon tour de suggérer un nouveau jeu …

Je lui demande de se retourner pendant que je déplace 2 cartes,
à lui de les retrouver …

Au départ, j’intervertis 2 cartes bien différentes
pour qu’Esteban les découvre facilement.

Puis, au fur et à mesure, je corse l’affaire

– en changeant 2 cartes qui se ressemblent davantage

– en déplaçant 4 cartes

– en utilisant les inversées ’64’ et ’46’

Nous élaborons chacun une stratégie
afin de les retrouver plus facilement,
car nous jouons chacun notre tour.

Esteban survole l’ensemble, regarde par ligne et par colonne,
et, finalement, il préfère reprendre les cartes dans l’ordre de ‘0’ à ‘109’ …

Quant à moi, je cherche par ligne et par colonne …

Nous prenons aussi beaucoup de plaisir

– à trouver des astuces pour empêcher l’autre
de repérer les cartes trop vite

– à compter le plus vite possible de 0 à 109 … et de 109 à 0,
en empruntant des voix différentes pour le compte à rebours de 10 à 0 …

Génial ce jeu pour apprendre à compter … et nous rions bien !

***

Au cours de l’après-midi jeux avec Mila, inutile de vous dire que,
dans la chambre d’Esteban, les cartes des nombres ont été mélangées
et mises dans une boite.

Lorsque nous les récupérons, je demande à Esteban

« Comment allons-nous procéder pour les remettre toutes dans l’ordre ? »

« Peut-être pourrions-nous remettre les cartes imagées dans la boite
et ne conserver que les autres ? »

Esteban est d’accord.

Il retrouve le zéro et remarque que tous les chiffres des unités sont rouges ;
il les repère donc vite et les aligne par ordre croissant.

Il procède ainsi pour tous les autres nombres.

dsc08301

A chaque fois que nous terminons une rangée de dizaine, je lui demande

« Veux-tu que j’aille en marche avant ou en marche arrière ? »

En fonction de sa réponse, nous comptons à l’endroit ou à l’envers !

De cette façon, nous revoyons les nombres en riant
et à vitesse accélérée …

C’est un superbe moment d’échanges et de rigolade …
nous nous amusons comme des petits fous !

De plus, c’est une excellente façon d’apprendre les nombres
car nous comptons 11 fois de 1 à 109, à vitesse accélérée,
dans un sens et dans l’autre …

Plus nous le faisons, plus Esteban prend de l’assurance !

Puis, il a l’idée d’ajouter des perles et des pierres 
pour agrémenter l’ensemble bien sûr,
mais aussi pour nourrir son besoin d’harmonie.

dsc08312

Il me demande de l’aider, ce que je fais volontiers,
car moi aussi j’ai envie de créer et de m’apporter de l’harmonie.

Waouh ! C’est génial tout ce que nous avons fait
cet après-midi avec nos cartes !

***

.

J’ai oublié de préciser que, sur la gauche du tableau,
j’ai ajouté les bâtonnets correspondant aux dizaines.

dsc08312

Afin que ce soit plus clair pour Esteban, j’ai volontairement mis
6 bâtonnets de couleur jaune pour les 60, le même nombre de bâtonnets,
et de la même couleur, pour les 70 … auxquels j’ai ajouté
un bâtonnet vert de la couleur des dizaines.

J’ai procédé de la même façon pour les 80 et 90 …
8 bâtonnets orange + 1 bâtonnet vert pour les 90.

Je demande aussi à Esteban de m’indiquer, ou d’éclairer avec sa lampe,
le nombre correspondant au total des bâtonnets et des perles.

dsc08304

Ensuite, nous utilisons des bâtonnets pour écrire de nouveaux mots,
il choisit  a.t.h.l.é.t.i.s.m.e !

dsc08308

Avec Mamilie, il joue à retrouver les années de naissance
de différentes personnes de la famille, en ne tenant compte,
bien sûr, que des deux derniers chiffres …
il le fait facilement sauf pour les 70 !

.

Esteban crée un jeu !

.

Ce matin, je propose à Esteban de découper

– le mot « volcan » sur la notice explicative de montage du volcan,
trouvée dans les images doc
– ainsi que le volcan, pour le mettre dans un futur lapbook

P01_COUV Images Doc 324.indd

Pendant qu’il découpe, j’ai l’idée d’écrire sur powerpoint,
avec des polices différentes, le mot « volcans » ainsi que d’autres
sur le même sujet, afin qu’il se familiarise avec les mots …
tout en s’amusant …

Lorsqu’il a terminé son découpage (Agilo), je soumets ma nouvelle idée
à Esteban, qui n’est pas fan de ce jeu …

Il va chercher, dans son meuble d’école, les feuilles de brouillon
et est ravi d’en ressortir deux avec des cartes et des noms de fleurs.

Il me dit

« Je vais inventer un jeu »

« OK ! et moi, de mon côté, je vais aussi en préparer un »

volcansex

Lorsque je reviens vers lui, il a presque fini son découpage
et les cartes sont déjà retournées.

Il me précise la règle du jeu

« Tu retrouves le nom de la fleur et son image »

dsc07406

Je commence à retourner les cartes, lorsqu’il me dit

« Les petites étiquettes ont des noms et les grandes des images »

Puis, il ajoute

« Observe par transparence … on peut deviner les noms dessous ! »

Ainsi, tour à tour, nous retournons une étiquette nom
et une étiquette image (Imagio).

Lorsqu’il s’agit d’une étiquette « nom », je l’épelle.

dsc07407

A la fin, 6 fleurs sont en attente car nous ne les reconnaissons pas ….

« Comment trouver la solution ? »

« On pourrait aller voir le spécialiste des fleurs et lui demander ! »

« Effectivement, il serait possible d’interroger un botaniste,
mais cela risque d’être long »

Je lui suggère donc de consulter le livre de la faune et de la flore,
et de chercher par couleur.

guide

Esteban retrouve le bleuet mais pas les autres,
il me montre alors l’index du livre …
nous y découvrons seulement l’aubépine !

C’est donc sur internet que nous poursuivons nos recherches …

dsc07408

Esteban ouvre un nouvel onglet et commence à taper les noms figurant
sur les étiquettes, c’est ainsi que nous retrouvons

– l’acacia
– le bégonia
– l’amaryllis
– et l’anémone

Je vous laisse imaginer son sourire lorsqu’il trouve, seul, la fleur recherchée !
(Calculine et Brin de nature).

Néanmoins, il reste encore une énigme car nous avons une image de fleur
mais pas l’étiquette avec le nom …

Après avoir cherché partout, je lui dis qu’il y a encore peut-être
un moyen de retrouver quelle est cette fleur.

Il prend sa loupe et me dit

« La fleur est rose, elle a 5 pétales »

Je tape donc ‘fleur de couleur rose avec 5 pétales’.

Parmi toutes les fleurs proposées, Esteban retrouve facilement l’azalée !

Et c’est ainsi que nous visionnons plusieurs « Sid le petit kid »

– Le cycle de la vie de l’arbre
– La pollinisation
– Les fourmis
– Les bananes (qui est nettement plus long)

.

Des œufs en cascade !

.

Ce matin, Esteban choisit un « C’est pas sorcier » sur les œufs …
cela tombe vraiment très bien, car il aborde l’oviparité
et la viviparité que je souhaitais revoir avec lui.

Nous avions déjà abordé le sujet
en faisant des recherches sur les requins,
et j’avais trouvé des sites fort intéressants
qui m’avaient donner envie de revenir sur ce sujet.

http://grandir-et-semerveiller-sans-ecole.blogspot.fr/2014/04/les-ovipares.html
http://ekladata.com/if7-Tis3blQiyD5aETmyzx_ez2k.pdf

Après avoir consulté ces sites, je propose à Esteban
de prendre ses animaux (en plastique et plastifiés)
et de placer un œuf à côté de ceux qui pondent
(en guise d’œufs, nous utilisons les flocons de maïs
en attendant ceux que Mamilie va nous apporter).

Et là, surprise ! Il donne tous les œufs à la reine des abeilles !

DSC06274

Lorsque Mamilie apporte les œufs, je propose un nouveau jeu.

Sur un site, je me souviens avoir vu un jeu de dés
pour apprendre à compter, il s’agit en fait
de rentrer des abeilles dans une ruche,
en fonction du nombre donné par le dé.

Je demande à Esteban s’il serait d’accord
pour sauver les œufs des abeilles en utilisant des dés.

Je lui explique la règle du jeu, il accepte mais …
avec 2 dés chacun !

A chaque lancer, nous additionnons donc les nombres
figurant sur les 2 dés et sauvons autant d’abeilles …

Nous nous amusons à jeter les dés, à compter
et à sauver les œufs des abeilles le plus rapidement possible …
nous courons de l’endroit où nous lançons les dés
à celui où se trouvent les œufs …

DSC06271

En s’amusant et en bougeant comme Agilo,
Esteban enregistre des notions de calcul !

Il fait également appel à Imagio,
en reproduisant la suite d’œufs que je lui présente …
puis, nous inversons les rôles
et c’est à moi de reproduire la suite qu’il réalise …
et ce, jusqu’à ce que nous épuisions notre réserve !

J’avoue qu’au départ c’est assez facile car nous avons des doubles,
mais au fur et à mesure l’affaire se corse,
puisqu’avant de poser un œuf, il est indispensable de s’assurer
qu’il y en a bien un autre identique !

Pour finir, Esteban gonfle 5 ballons en guise d’œufs
et, dans chacun, y glisse une abeille ouvrière …

Demain, à l’aide d’une lampe de poche,
nous regarderons si nous pouvons distinguer
les formes à l’intérieur du ballon.

Pour la petite histoire, ce soir nous mangeons des œufs à la coque !

.

Esteban aux commandes !

.

Ce matin nous inversons à nouveau les rôles,
c’est donc Esteban qui prend les commandes !

Il met toutes les perles à ma disposition
et me demande de les trier !

Je vide le plateau de son sel
et y verse une partie des perles.

DSC06099

Il me donne des récipients et me précise de mettre les perles roses
dans le récipient rose, les bleues dans le récipient bleu !!!

Devant l’ampleur de la tâche, je quadrille le plateau
comme le font les paléontologues pour ne rien laisser passer.

Esteban m’imite et nous commençons le tri …

Au bout d’un certain temps, je me rends compte que je suis certes efficace,
mais que je ne m’amuse pas … je n’ai aucun plaisir à être dans l’efficience …

Tout est une question de choix,
j’ai le choix de prendre la situation sous l’angle que je souhaite,
je pense qu’il existe sûrement d’autres angles d’approches ?

Mais, quels sont-ils ?

– l’efficience
– l’amusement et le plaisir
– en triant les perles, je trie aussi mes idées …
j’ai le choix de conserver celles qui me conviennent ou non …
– je teste ma patience
– je choisis les perles que j’ai envie de regrouper,
ces regroupements peuvent varier d’une fois à l’autre …

Après plus d’une heure, et alors que le tri est bien avancé, j’en ai assez …
je fais part de mon état à Esteban,
je lui dis que je n’amuse plus, que j’ai envie d’arrêter …

DSC06102

Lui, continue et me propose … un « C’est pas sorcier » !

Nous choisissons « Les perles de Tahiti » …
nous découvrons la perliculture.

Encore une fois, le tri des perles m’amène à voir
bien au-delà qu’un simple tri …

.

Je continue d’apprendre !

.

DSC05941

Alors que nous attendons Titouan,
c’est Mamilie qui arrive …
et qui va faire l’activité …
car, finalement, Titouan ne viendra pas !

Je ne sais pas qui, de Mamilie ou de moi-même,
est la plus déçue …
car nous nous imaginons à la place d’Esteban …

Mais, lui, ne réagit pas comme ça …
il accueille les choses comme elles viennent
et est ravi de nous expliquer
comment nous allons procéder !

Esteban vit l’instant, tandis que nous,
nous vivons ce changement comme quelque chose de décevant …

Encore une leçon de lâcher prise !

Merci Esteban !

En réalité, nous passons tous les 3 un moment formidable,
à échanger ensemble tout en excavant
et à nous émerveiller devant la beauté des glaçons !

DSC05939

Mamilie repart ravie d’avoir partagé ce moment avec nous …
moi, je suis enchantée de prendre conscience de tout cela
et, en même temps, super contente d’avoir nourri mon besoin de féérie …
tant j’étais en admiration devant la magnificence des glaçons !

.

.

Une activité rondement menée …

.

.. pour jouer avec Titouan ce soir.

Il met seul son activité en place :

DSC05865

DSC05868

– en me demandant de trier les perles avec lui
– en remplissant les récipients d’eau et de perles
– en se débrouillant pour les déposer un par un dans le freezer,
en équilibre sur une chaise qu’il a approchée
– en préparant la table d’activités,
avec 3 récipients, 3 chaises, 3 blouses
pour que je puisse jouer avec eux

DSC05916

En réalité, il prépare des carottes glacières
et je suis impressionnée qu’il pense à tout cela !

DSC05923

Je lui demande :

 » A quoi sert le matériel ? »
 » Les récipients c’est pour mettre les glaçons,
pour ne pas que ça coule … »

 » Et à quoi sert le 4ème ? »
 » C’est pour récupérer les glaçons, quand on casse la glace »

 » La loupe, c’est pour regarder comment la glace s’est formée »

 » Les outils, c’est pour excaver
et les crayons pour écrire ce que l’on fait ! »

Lorsque tout est installé, il prévoit aussi l’appareil photo …
pour prendre le déroulement de l’activité !

Il prévoit même d’organiser un jeu lorsque l’excavation sera terminée …
il dessinera un sapin et nous dessinerons dessus !!!

Eh bé ! si je m’attendais à tout cela ce matin !

Je n’en reviens pas de ce qui vient de se passer …
Je n’aurais jamais imaginé qu’en inversant les rôles,
Esteban aurait fait appel à 7 de ses intelligences …
et qu’il allait mener de A à Z une telle activité !

Moi, qui écrivait dans l’article

https://stephaniearcenciel.wordpress.com/2016/01/17/en-donnant-lexemple-nous-montrons-le-chemin/

j’étais loin d’imaginer qu’il avait intégré
la façon dont je m’y prenais avec lui !

Là, je suis bluffée !

Et dire qu’au départ, je pensais en « moi-m’aime »
 » Qu’est-ce qu’ Esteban va pouvoir apprendre en triant des perles ? »

Eh bien, je me rends compte que là …
c’est moi qui ai le plus à apprendre !

.

.