Des fleurs butinées

.

Après avoir coupé les feuilles chargées de pucerons,
Esteban rema‌rque, sur la haie, des branches qui dépassent et décide de les couper …

​Il commence donc à égaliser quand, tout à coup,
il tombe sur un bourdon entré dans une feuille.

​Il observe avec intérêt sur quelles fleurs l’insecte va butiner
et la façon dont il procède pour récupérer le pollen.

​Il constate que l’insecte choisit des fleurs
où les étamines sont très fournies
plutôt que des fleurs déjà butinées.

​Nous émettons donc l’hypothèse que les fleurs
se fanent peut-être lorsque tout leur pollen a été butiné !

Voici quelques exemples de fleurs butinées ou non !

.

Diptère, hymènoptère … ou coléoptère ?

.

Après s’être intéressé aux cycles de vie,
Esteban va chercher ses insectes pour les classer.

​J’en profite pour reprendre mes cartes « Familles insectes »
et « Disciplines scientifiques ».

​ »Esteban, si on classait, par famille, les insectes qui ont 6 pattes,
une tête, un thorax, un abdomen et des ailes ? »

​Pour savoir à quelle famille ils appartiennent,
nous prenons les insectes en plastique et observons la forme de leurs ailes.

​Certains sont très faciles à reconnaître

– les papillons sont des lépidoptères

​- les mouches, des diptères

​- les coccinelles, les carabes, des coléoptères

– les criquets, des orthoptères

– la libellule est un odonate

​Par contre, nous rencontrons quelques difficultés
avec l’abeille car celle en plastique ne possède
qu’une paire d’ailes …

Nous la classons chez les diptères mais,
en vérifiant sur le net, nous découvrons
qu’elle fait partie de la famille des hyménoptères

http://www.circoweb.net/spip/IMG/pdf/insectes_pollinisateurs_les_4_ordres.pdf

​Après avoir fait appel à Brin de nature, je propose à Esteban
de solliciter Calculine et Imagio, en positionnant, sur le lit,
des insectes ou des animaux avec, en bout de ligne, la carte de la famille
à laquelle ils appartiennent.

 

« Esteban regarde bien ! Ensuite, tu fermeras les yeux
pendant que je déplace certains animaux …
ce sera alors à toi de retrouver ceux qui ne seront pas à leur place ! »

Pour lui permettre d’enregistrer le nom des différentes familles,
et pendant qu’il observe, je lui demande plusieurs fois

​ »Les diptères sont-ils à leur place ?

​ Et les lépidoptères ?

Les arachnides ?

​ Les orthoptères ?

​Esteban adore chercher les intrus et observer.

.

A la découverte de l’or !

.

Toujours passionnés par les pierres précieuses,
nous continuons de visionner « Les chasseurs de pierres précieuses ».

​Aujourd’hui, nous regardons ce documentaire sur l’or

 

.

Des cartes sur les pierres précieuses

.

Toujours sur le filon des pierres précieuses,
et grâce à cette série trouvée sur You tube,
Esteban continue de découvrir la façon dont elles sont extraites

​Dans le reportage, à chaque fois que nous repérons une nouvelle pierre,
je la note et, une fois la vidéo terminée, je réécris
tous les noms en majuscules afin de permettre
à Esteban de les taper sur Powerpoint.

​Ensemble nous cherchons des images et les exportons dans notre dossier.

​Le soir, lorsqu’Esteban est couché, je cherche d’autres infos
pour mettre au verso des cartes.

Voici le résultat

.

Des cacahuètes pour nourrir notre élan de Vie !

.

Hier, en faisant les courses, je me suis demandée

« Qu’est-ce que j’ai besoin de nourrir en moi ? »

Pour une fois, je n’ai pas eu de réponse immédiate,
j’ai donc accepté qu’à ce moment je n’avais pas d’idées …
puis, soudain, j’ai senti que j’avais besoin
de nourrir mon élan de Vie en m’apportant de la nouveauté …
j’ai donc porté mon attention sur des aliments nouveaux
que je pouvais acheter … et j’en ai trouvés …

Et c’est en m’offrant des cacahuètes avec leur coque,
que je me suis fait le plus plaisir.

Esteban qui adore décortiquer les fruits
et légumes … était, lui aussi,  ravi de les découvrir !

En les ouvrant, il s’est tout de suite posé la question
« Comment poussent les cacahuètes ? »

Nous avons, bien sûr, regardé des vidéos sur ‘You tube’
et, passionnés par le sujet, nous avons appris plein de choses.

Ainsi, en me nourrissant de ce dont j’ai besoin,
je nourris également autrui de ce dont il a besoin …
et je l’inspire !

Waouh ! Je suis heureuse de m’être écoutée,
en m’apportant de la nouveauté …
pour me nourrir et nourrir Esteban !

.

Des jus d’oranges … aux agrumes !

.

Mamilie a eu la bonne idée d’acheter
un presse-citrons à Esteban ….

A peine était-il lavé qu’il a pressé
presque tous les citrons de la maison,
pour faire des jus !

Depuis ce matin, il presse les oranges
rapportées par son papa de la Biocoop …

Lui, qui n’était pas amateur de jus d’oranges
avec l’extracteur de jus, là il adore …

Il organise son activité de ‘a à z’ …
Il gère, seul, la préparation des jus à boire
ou du jus de citron pour mettre dans les salades.

Une fois son activité terminée, nous avons tout naturellement
regardé un « C’est pas sorcier » s’y rapportant.

.

Sur la toile : un art est né !

.

Depuis hier, Esteban est passionné par la réalisation
d’une toile d’araignée.

dsc07457

Il s’applique à passer et à nouer des fils entre les chaises,
le meuble et la table de la salle. Il trouve des solutions
pour que les fils tiennent entre eux et sur leurs supports.

En fait, il crée cette toile pour s’amuser avec Titouan.

Il apprend

– que les fils exigent d’être bien tendus

– que le support sur lequel il les accroche a besoin d’être solide
et stable (le scotch, le parapluie, la pompe à vélo ne sont pas adaptés)

– à faire des nœuds

– à visualiser les différentes possibilités pour passer ses fils
et pour les attacher

– à repérer les endroits où il manque des fils

Il apprend également la patience et la persévérance.

Il développe non seulement

* Imagio, visualisation dans l’espace
* Calculine, en anticipant le résultat
* Brin de nature, en reproduisant une toile d’araignée

mais aussi

* Agilo, en faisant des nœuds et en se faufilant entre les fils de la toile
* Cœur en soi, en réalisant et en se donnant les moyens de reproduire ce qui lui plait …

Je demande à Esteban quels jeux il pourrait inventer à partir de cette toile.

Je lui propose de passer dans tous les trous sans toucher
les fils, en les comptant.

Lui, propose de passer sous les fils et de mettre de la peinture
phosphorescente pour qu’elle brille dans la nuit !

Nous pourrions aussi

. reproduire les toiles d’araignées que nous découvrons dans la Nature
. faire des jeux de paires avec des araignées et leur toile
. prendre des photos de toiles avec la rosée
. installer des grelots sur sa toile,
qui sonneraient dès que nous toucherions les fils
. réaliser des araignées à l’aide de cure pipes
. jouer à être une araignée
. regarder des documentaires sur les araignées,
des « C’est pas sorcier », un « Bus magique »


. consulter des livres

Esteban installe donc des grelots sur sa toile,
mais ça ne fonctionne pas !

Je lui lis le mythe d’Arachnée et d’Athéna
qui transforma sa rivale … en araignée.

dsc07462

Nous remontons à l’origine du mot

– arachno logie, science des araignées
– arachno logue, spécialiste des araignées
– arachno phobie, peur des araignées

Esteban me demande

« Quand on a peur des scorpions, on est aussi arachnophobe,
parce que les scorpions, les araignées, les faucheux sont classés
dans la famille des arachno ? »
« Et quand on a peur de tous les animaux ? »

« Je pense que l’on est éthophobe, car l’éthologie est la science des animaux ? »

Mais, en cherchant sur le net, je ne trouve rien qui corresponde
à la peur des animaux …

Quelqu’un qui a peur de tout est pantophobe (de la solitude, des animaux …).

Je ressors les cartes sur les sciences et scientifiques,
pour voir de quoi nous pourrions avoir peur.

dsc07454

Ceci est un excellent moyen de revoir le vocabulaire et de déchiffrer les mots.

Titouan arrive, son défi est d’attraper, avec ses pieds, les insectes en plastique
posés sur la toile … et de les mettre dans une boite sans les faire tomber.

Ensuite, il souhaite passer dans la toile quand il fait noir.

Nous fermons les volets, mais n’obtenons pas l’obscurité souhaitée.

En invitant Titouan, Esteban partage un moment avec lui
et fait donc intervenir ‘Bout en train’.

En inventant une chanson sur l’araignée,
il fait appel à ‘Mot à mot’ et ‘Clé de sol’

Une araignée
a avalé
un scarabée

Elle a mangé
un bousier
et fait prisonnier
un autre bousier

En réfléchissant à l’air de la chanson, ‘Clé de sol’ intervient.

Il en est de même lorsque les enfants s’apprêtent à passer dans la toile
et qu’ils cherchent à inventer des musiques qui font peur.

Une fois de plus, en faisant confiance à son élan de Vie,
Esteban développe toutes ses intelligences.

Et je ne suis pas encore au bout de toutes mes découvertes,
car la toile est toujours dans la salle …

Qui sait ce qu’Esteban inventera encore !

En poursuivant mes recherches sur la peur des animaux, je découvre ce lien

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/Phobies/liste-phobies-sujet_312_1.htm

phobies

et apprend que les zoophobes sont des personnes ayant peur de certains animaux,
donc la peur des animaux pourrait être la zoophobie.

Esteban me demande

« La peur des abeilles, c’est l’apiphobie ? »

« Mais, oui tu as raison Esteban, il s’agit bien de l’apiphobie. »

En fin d’après-midi, après le départ de Titouan, Esteban et Mamilie
vont à la médiathèque ; ils rapportent plusieurs livres
dont 2 sur les araignées.

araignee1

araignee-2

A peine rentré, Esteban se plonge dans ces livres
ainsi que dans des magazines « Tout comprendre »
que Christèle, la maman de Titouan, nous a prêtés !

dsc07463

.

En visionnant le « C’est pas sorcier » traitant la peur des araignées,
nous découvrons que les personnes que rencontre Sabine sont celles
qui ont écrit le livre emprunté hier à la médiathèque.

Lorsque j’en fais part à Esteban, il n’en revient pas
et son regard s’illumine de bonheur !

En regardant ce livre d’Alain Canard et de Catherine Rolland,
invités de Sabine, nous découvrons qu’il existe une quinzaine de sortes d’épeires

– l’épeire des roseaux
– l’épeire des fenêtres
– l’épeire des fougères
– …

et non seulement l’épeire diadème que nous connaissons,
pour l’avoir rencontrée sur les arbustes chez Pascal.

Aujourd’hui, Esteban ajoute des fils à sa toile,
il reproduit le monde qu’il a vu dans le « C’est pas sorcier »
et dans les livres.

Il utilise déjà le vocabulaire et les connaissances apprises dans la théorie
pour se les approprier dans la pratique, tout en s’appliquant à prononcer
les sons appris chez Clémentine !

Ce qui tombe à point nommé, car cette semaine ce sont les sons complexes …
les ‘cr’, les ‘ct’, les ‘gr’ …

Alors, lorsqu’il dit et redit

« Les grosses araignées avec des gros grelots »

… ça aide à avancer sur les sons !

.

.

.

 

Esteban crée un jeu !

.

Ce matin, je propose à Esteban de découper

– le mot « volcan » sur la notice explicative de montage du volcan,
trouvée dans les images doc
– ainsi que le volcan, pour le mettre dans un futur lapbook

P01_COUV Images Doc 324.indd

Pendant qu’il découpe, j’ai l’idée d’écrire sur powerpoint,
avec des polices différentes, le mot « volcans » ainsi que d’autres
sur le même sujet, afin qu’il se familiarise avec les mots …
tout en s’amusant …

Lorsqu’il a terminé son découpage (Agilo), je soumets ma nouvelle idée
à Esteban, qui n’est pas fan de ce jeu …

Il va chercher, dans son meuble d’école, les feuilles de brouillon
et est ravi d’en ressortir deux avec des cartes et des noms de fleurs.

Il me dit

« Je vais inventer un jeu »

« OK ! et moi, de mon côté, je vais aussi en préparer un »

volcansex

Lorsque je reviens vers lui, il a presque fini son découpage
et les cartes sont déjà retournées.

Il me précise la règle du jeu

« Tu retrouves le nom de la fleur et son image »

dsc07406

Je commence à retourner les cartes, lorsqu’il me dit

« Les petites étiquettes ont des noms et les grandes des images »

Puis, il ajoute

« Observe par transparence … on peut deviner les noms dessous ! »

Ainsi, tour à tour, nous retournons une étiquette nom
et une étiquette image (Imagio).

Lorsqu’il s’agit d’une étiquette « nom », je l’épelle.

dsc07407

A la fin, 6 fleurs sont en attente car nous ne les reconnaissons pas ….

« Comment trouver la solution ? »

« On pourrait aller voir le spécialiste des fleurs et lui demander ! »

« Effectivement, il serait possible d’interroger un botaniste,
mais cela risque d’être long »

Je lui suggère donc de consulter le livre de la faune et de la flore,
et de chercher par couleur.

guide

Esteban retrouve le bleuet mais pas les autres,
il me montre alors l’index du livre …
nous y découvrons seulement l’aubépine !

C’est donc sur internet que nous poursuivons nos recherches …

dsc07408

Esteban ouvre un nouvel onglet et commence à taper les noms figurant
sur les étiquettes, c’est ainsi que nous retrouvons

– l’acacia
– le bégonia
– l’amaryllis
– et l’anémone

Je vous laisse imaginer son sourire lorsqu’il trouve, seul, la fleur recherchée !
(Calculine et Brin de nature).

Néanmoins, il reste encore une énigme car nous avons une image de fleur
mais pas l’étiquette avec le nom …

Après avoir cherché partout, je lui dis qu’il y a encore peut-être
un moyen de retrouver quelle est cette fleur.

Il prend sa loupe et me dit

« La fleur est rose, elle a 5 pétales »

Je tape donc ‘fleur de couleur rose avec 5 pétales’.

Parmi toutes les fleurs proposées, Esteban retrouve facilement l’azalée !

Et c’est ainsi que nous visionnons plusieurs « Sid le petit kid »

– Le cycle de la vie de l’arbre
– La pollinisation
– Les fourmis
– Les bananes (qui est nettement plus long)

.

Des chiffres et des lettres !

En ce vendredi matin, Esteban me demande un dessin animé
sur la mythologie grecque, il choisit Ulysse et les forges d’Héphaïstos …

Je lui précise que, bien que ce ne soit pas la véritable histoire,
j’accepte en pensant que c’est son élan de vie …
nous verrons où il nous conduira …

A la suite du dessin animé, je propose à Esteban,
soit de jouer aux jeux mythologiques que nous avons,
soit d’étudier le livre sur les volcans acheté pendant les vacances.

volcan

Il choisit d’en savoir plus sur les volcans.

Je fais donc la lecture avant de passer aux activités proposées.

La première consiste à coller des vignettes de volcans sur une carte du monde.

Afin de les positionner aux bons emplacements, Esteban a besoin
de repérer les lettres qui composent le nom du volcan …

De ce fait, il développe à la fois « Mot à mot » et l’écriture !

La seconde activité, dans le but de réaliser l’éruption d’un volcan,
implique le découpage de 48 petites fiches de papier ;
ce qui nous permet de voir et de revoir les nombres jusqu’à 48 !

Excellent moyen pour apprendre à compter et développer
l’intelligence de « Calculine » !

Ainsi, en choisissant d’écouter son élan de vie (« Coeur en soi »)
sur les volcans (« Brin de nature »), Esteban développe
tout naturellement différentes intelligences.

.

L’observation des premiers triops

.

Ce matin, j’explique à Esteban qu’hier soir son papa a vu des triops …
nous essayons donc de les repérer nous aussi …
mais, sans succès, ils sont si petits !

Dès le retour de son papa, Esteban l’entraîne vers l’aquarium
et, à son tour, découvre les fameux triops … tout heureux, il m’appelle
pour que j’en profite aussi mais, ce n’est qu’au bout
de quelques minutes que j’en aperçois 2 !

Esteban et Yann en ont dénombré plusieurs …

La lampe est toujours allumée, nous l’éteignons dans l’après-midi
quand le soleil donne au maximum et ne la rallumons
qu’en début de soirée pour les observer.

Tandis que je couche Esteban, Yann s’aperçoit que l’eau est à 28°,
vite il éteint la lampe .

L’eau était à 24° lorsque j’ai remis la lampe dans la soirée !

Je comprends maintenant pourquoi sur la notice et sur les documentaires visionnés,
il est souligné que l’élevage des triops demande beaucoup d’attention
et pourquoi, même si plusieurs œufs éclosent, au final il n’en reste parfois qu’un,
voire même pas du tout.

Oh la la ! j’espère que cet écart de température ne va pas leur être fatal !

Nous le saurons demain …

.