Tout est apprentissage !

.

C‌e matin, un plombier (un ancien copain d’école) vient remplacer notre chauffe-eau.

​Esteban l’observe en silence ; puis, petit à petit, il s’approche
en apportant sa boite à outils, m’aide à déplacer les affaires dans le cagibi et,
ensuite, échange avec le technicien.

​Il constate la rouille sur le vieil appareil et la force
dont Loïc fait preuve pour porter seul les chauffe-eau.

J’explique à Esteban à quelles intelligences Loïc
a fait appel ce matin pour exercer son métier.

– Agilo pour l’habileté manuelle et la force

​- Calculine et Imagio pour anticiper et prévoir le matériel nécessaire
– Bout en train pour les échanges

​- Mot à mot pour nous expliquer et nous donner le nom des outils
– Brin de nature car, en allant acheter le nouveau chauffe-eau,
Loïc a emporté le vieux pour qu’il soit recyclé
​- Cœur en soi, car il a utilisé son expérience pour nous donner les explications​,
il nous a aussi fait part de ses points forts et de ceux à développer

​Nous avons dit à Loïc qu’il ne manquait plus que Clé de sol
pour qu’il réunisse toutes les intelligences multiples

… il aurait pu chanter en travaillant .. et Esteban d’ajouter

​ »Ou en sifflant aussi ! »
Esteban, quant à lui, a développé

​- Bout en train (pour les échanges)
​- Mot à mot (pour avoir appris du vocabulaire)
– Agilo (pour m’avoir aidée à déplacer nos affaires)
​- Calculine (en apprenant le fonctionnement de certaines choses) …

En fait, tout est apprentissage quand on se donne le temps d’observer !

 

.

Publicités

Des progrès en lecture et en écriture !

.

Sur les conseils de l’Inspectrice, chaque matin
nous avons consacré du temps à la lecture et à l’écriture …
Esteban a fait d’énormes progrès.

Il a fini de lire le livre de Gafi et a appris l’écriture cursive …
mais, pour arriver à ce résultat, j’ai dû me batailler et, ni lui ni moi,
n’avons pris beaucoup de plaisir en procédant de cette façon !

​Certes, nous avons trouvé des motivations mais ce n’était pas suffisant
par rapport à la contrainte et à l’humeur liées à ces activités …

Tandis qu’Esteban traçait ses 10 mots de la main droite …
je m’exerçais à écrire de la main gauche et, là, je me suis bien améliorée.

En attendant qu’il ait terminé, je me suis également entraînée au jeu des mots
puisque, j’utilisais les lettres du mot qu’il écrivait pour en composer
un maximum d’autres, ce qui me rendait le moment le plus agréable.

​Au final, Esteban écrivait seulement 2 mots au lieu de 10
car je me suis aperçue que, moins il en avait à écrire,
plus il le faisait avec plaisir et exactitude.

Il a aussi apprécié d’écrire sur les tableaux,
à l’aide de crayons de couleurs différentes.

​Pendant les vacances, nous avons tout arrêté
et nous ne savons pas encore

comment nous procéderons à la rentrée !

.

Le Chant des Partisans

.

Après la Marseillaise, nous passons au Chant des Partisans …

​Depuis ce matin, Esteban l’écoute en boucle
pendant que je cherche des images pour l’illustrer.

​En fait, Esteban a une bonne mémoire auditive
et utilise peu les fiches avec des images ;
au final, elles me sont plutôt destinées.

​Ainsi, pendant l’heure que j’ai passée à illustrer
les 2 premiers couplets et à me familiariser avec les images,
je suis sûre qu’Esteban a déjà retenu les 4 couplets !

Cet après-midi, alors qu’il est avec Mamilie,
j’illustre les 2 derniers couplets.

​Voici le résultat

​Il me reste à imprimer, à plastifier et,
pour mieux le retenir, à mimer ce chant !

​Moi qui, il y a une dizaine d’années,
ai commencé à apprendre le langage des signes,
​je ferais bien de m’y remettre pour illustrer
les chansons que j’apprends !

.

.

***

En définitive, j’ai réalisé 4 fiches différentes du même couplet

– une, avec des images
​- une autre, avec des images à retrouver
​- une, avec seulement les paroles
​- et enfin une dernière, avec des couleurs différentes
pour les paroles imagées

 

​Je profite que Titouan soit là, pour tester avec lui
et voir ce qui passe le mieux !

Tandis que je progresse sur le jeu,
Titouan et Esteban jouent dehors en chantant

« Ami, entends-tu … ? »

***

.

Ce soir, à la place des histoires,
les garçons préfèrent chanter
le Chant des Partisans …

Christiane, qui est dans son jardin, profite du spectacle …
qu’ils lui offrent depuis le velux !

​Titouan en connaît déjà les paroles par cœur !

.

La Marseillaise en images !

.

J’ai réalisé des « p‌hrases à trous » sur les 2 couplets chantés
par Michel Sardou et, contrairement à Esteban,
je n’arrive toujours pas à retenir les paroles.

​Je remplace donc certains mots par des images,
ce qui me facilite vraiment la tâche.

Malgré tout, je constate que lorsque ça passe par mon corps
je retiens beaucoup plus, mais là j’avoue
que c’est loin d’être évident de mimer certaines paroles …
et c’est pourquoi j’ai choisi les images !

C’est incroyable !

Auparavant, je n’aurais jamais pensé remettre en question
ma façon d’apprendre ; mais là, je me rends bien compte
que j’obtiens des résultats très différents
en fonction de l’intelligence que je sollicite.

Natacha m’a prêté un livre sur les chakras
et les intelligences multiples.

​Il est génial car il explique ce qu’étoffer
pour développer nos différentes intelligences !

.

De Napoléon à la Seconde Guerre mondiale …

.

… il n’y a qu’un pas !

​En allant chercher de nouveaux livres sur Napoléon,
la bibliothécaire nous a proposé une série de dix dessins animés
intitulée « Les grandes grandes vacances ». Ce dessin animé
raconte la Seconde Guerre mondiale vécue par des enfants en Normandie.
Esteban est fasciné …

​Il demande à le regarder … le re-regarder … et le re-re-garder !

« Je suis d’accord Esteban, tu regardes 2 dessins animés par jour.
Si tu en souhaites plus, tu lis 3 pages d’un petit livre
pour en visionner un supplémentaire ! »

Sacrée motivation !

Dimanche dernier, il a lu 9 pages
et a donc regardé 3 dessins animés en plus …
Cette semaine, nous continuons cette série,
en alternance avec les « Chasseurs de pierres précieuses ».

​En plus des faits historiques et de la vie quotidienne de l’époque,
Esteban s’intéresse aussi aux chansons.

​Hier soir, il nous a demandé de lui chanter la Marseillaise.

​En fait, nous l’avons écoutée, chantée par Michel Sardou,
car nous ne connaissions pas tous les couplets.

​Nous avons également écouté le Chant des Partisans !

De suite, j’ai créé cette fiche de jeu « Mots à retrouver »
avec les paroles de la Marseillaise.

Esteban était ravi de la découvrir ce matin …

​Il me reste à la plastifier, ce que je ferai
dès que j’aurai ma feuille complète  !

.

Du perfectionnisme au lâcher prise !

.

C’est une des premières fois qu’Esteban m’aide pour le découpage d’un jeu ;
ensemble, nous finissons les cartes des nombres.

Pourquoi ne l’ai-je pas laissé participer plus tôt à ce genre d’activité ?

La première raison est que, bien souvent il n’est pas là quand je le fais,
soit il joue, soit il dort, soit il est avec Mamilie.

La deuxième est que, pour nourrir mes besoins de beauté et d’harmonie,
je fais très attention lors du découpage.

J’ai longtemps cru que cela venait du fait que j’étais très perfectionniste
et que je voulais des créations parfaites à mes yeux !

En travaillant sur mes croyances, je me suis rendu compte que ce besoin
de perfection n’en était pas un, mais que le réel besoin qui se cachait derrière
était bel et bien un besoin de beauté et d’harmonie.

Hier, lorsqu’Esteban m’a demandé de m’aider à découper,
j’ai rapidement pris du recul pour observer
et analyser la situation, j’ai pensé

« OK, je vois qu’il est super motivé pour m’aider …
et aider nourrit son élan de Vie ».

« OK, il est super heureux de réaliser quelque chose avec moi et,
moi, je suis super heureuse de le voir si motivé ».

« En faisant ensemble cette activité, nous allons pouvoir échanger ;
Esteban va se familiariser encore plus avec les nombres et,
à deux, nous allons avancer beaucoup plus vite et enfin finir ce jeu ».

Alors, je lui dis

« OK, va chercher tes ciseaux »

Puis, je lui montre comment découper les cartes
afin d’en mettre un maximum sur une feuille plastifiée.

Il observe et remarque que je coupe à ras des traits
et en suivant les arrondis.

Il fait de même et nous finissons tout, à l’exception de 5 cartes
non plastifiées car la feuille n’est pas complète.

Nous nous félicitons réciproquement d’avoir terminé ce jeu
que nous avons adoré faire ensemble !

En nous donnant ce dont nous avions besoin pour nourrir nos élans de Vie,
nous avons aussi donné à l’autre le meilleur de nous-mêmes …
et ceci est beaucoup plus important que d’avoir des cartes parfaitement découpées !

Le fait d’avoir partagé cette activité avec Esteban,
m’a apporté beaucoup plus de Joie, que si je l’avais fait seule.

.

Des cacahuètes pour nourrir notre élan de Vie !

.

Hier, en faisant les courses, je me suis demandée

« Qu’est-ce que j’ai besoin de nourrir en moi ? »

Pour une fois, je n’ai pas eu de réponse immédiate,
j’ai donc accepté qu’à ce moment je n’avais pas d’idées …
puis, soudain, j’ai senti que j’avais besoin
de nourrir mon élan de Vie en m’apportant de la nouveauté …
j’ai donc porté mon attention sur des aliments nouveaux
que je pouvais acheter … et j’en ai trouvés …

Et c’est en m’offrant des cacahuètes avec leur coque,
que je me suis fait le plus plaisir.

Esteban qui adore décortiquer les fruits
et légumes … était, lui aussi,  ravi de les découvrir !

En les ouvrant, il s’est tout de suite posé la question
« Comment poussent les cacahuètes ? »

Nous avons, bien sûr, regardé des vidéos sur ‘You tube’
et, passionnés par le sujet, nous avons appris plein de choses.

Ainsi, en me nourrissant de ce dont j’ai besoin,
je nourris également autrui de ce dont il a besoin …
et je l’inspire !

Waouh ! Je suis heureuse de m’être écoutée,
en m’apportant de la nouveauté …
pour me nourrir et nourrir Esteban !

.

Nourrir son élan de Vie

.

Depuis le début de l’année, j’apprends à me nourrir
de ce dont j’ai besoin, en me demandant tout au long de la journée,
« par dons d’Amour pour moi, qu’est-ce que j’ai besoin de nourrir en moi
(mon élan de Vie ? de me ressourcer ?) … et je me le donne ».

Au départ, je me posais cette question,
à moi-même, intérieurement ; puis, à haute voix
devant Esteban, et maintenant je la lui pose régulièrement.

Le soir, lors du rituel, je dresse à haute voix
le récapitulatif de tout ce qu’il s’est donné
pour nourrir son élan de Vie.

La question est « Comment je sais ce qui nourrit son élan de Vie ? »,
car pour le savoir, il est nécessaire de faire un travail sur soi,
en étant attentif à chaque fois que nous ressentons une émotion forte, du genre :

– larmes devant un film
– indignation profonde devant une situation qui se déroule devant nous
– moment de joie intense dans une situation particulière
– moment de paix et de plénitude
– film ou livre que tu pourrais revoir ou relire sans t’en lasser
– moment où nous nous mettons en action sans voir le temps passer
– personnes que tu admires profondément

En récapitulant tout cela sur un cahier, et en essayant d’y trouver
les points communs, nous trouvons des indices de :

– ce qui nous rend vivants
– ce qui nous touche le plus dans la vie
– ce qui nous motive à agir

et qui nourrit donc notre élan de Vie.

(Merci Sofia pour ce résumé qui m’évite de reprendre
tous nos cours et cahiers !).

Cette recherche sur l’élan de Vie, je l’ai menée pour moi,
patiemment, il y a quelques mois et, je l’avoue,
cela m’a pris beaucoup de temps.

Alors, comment sais-je pour Esteban ?

En fait, en comparant mon profil « métamorphose » et ce qui nourrit
mon élan de Vie (formation professionnelle suivie avec Flora, afin de définir
les couleurs de vêtements (= les actions que l’on pose dans le Monde),
les matières ( = l’énergie que l’on met dans ces actions),
et les formes ( = la place que l’on prend dans le Monde),
j’ai réalisé qu’il existait une parfaite concordance …

Tout cela, je le sais en théorie depuis plusieurs mois,
et ce n’est que ces derniers jours que je le ressens vraiment,
en apprenant à me « donner » ce dont j’ai besoin.

Plus je me donne des dons d’amour, plus je nourris en moi ce qui y est déjà,
car les dons d’amour que je m’apporte sont mes Dons, mon Art …
que je retrouve dans le résumé de mon profil « métamorphose ».

Donc, pour trouver l’élan de Vie d’Esteban,
j’ai tout simplement repris son profil.

– Il a posé des actions, pour donner du plaisir à autrui,
en créant des cadeaux pour son papa

– Il les a réalisées avec joie et légèreté

– Il s’est donné les moyens et le temps de réaliser
ce qui lui tenait à cœur (en créant plus de 19 lettres,
qu’il a décorées avec patience) pour que, vendredi soir
lors du retour de Yann, tout soit prêt sous le sapin !

C’est en me donnant mes dons d’amour, et en ressentant toute la Vie
que cela m’apporte en moi, que je comprends l’importance
de se donner ce dont nous avons besoin.

C’est assez difficile de l’expliquer avec des mots,
le mieux est de le vivre et de se les donner.

Essayez, et vous verrez toute la Vie que vous nourrissez en vous
et tout l’Amour que vous vous apportez, en vous « donnant » !

En découvrant cela, j’ai voulu voir si, naturellement,
les enfants se donnent ce dont ils ont besoin,
si nous les laissons s’exprimer …

J’ai été stupéfaite de constater, en observant Esteban cette semaine,
qu’il se donne bel et bien tout ce dont il a besoin !

Je suis heureuse de ne pas l’avoir arrêté dans son élan,
lorsqu’il a pris tous les papiers cadeaux et un certain
nombre d’enveloppes.

Je dois avouer que, dans un premier temps, j’ai pensé

« Oh là là ! toutes ces enveloppes et ce papier gaspillés, mais pourquoi ? »

Je l’ai accepté, j’ai pris de la hauteur pour changer mon angle de vue,
et j’ai surtout réalisé que c’est moi qui aurait gaspillé
tout son élan de Vie et d’Amour pour lui en l’arrêtant.

Je me réjouis d’avoir réagi de cette façon, car ça fait toute la différence !

Esteban s’est donné les moyens d’aller au bout de ses dons !

Il est si heureux de créer tout cela, ses yeux brillent …
il profite du voyage autant que de la destination !

Waouh! lequel de nous deux est en apprenti Sage cette semaine ?

.

.