Un anniversaire de Maîtres dragonniers

 

.

Le Jour « J » est enfin arrivé :
7 enfants et 7 adultes sont présents tout l’après-midi.

Cette année, pour le 7ème anniversaire,
nous avons préparé 7 épreuves :

1 – Les fléchettes et les ballons

.

 

.

2 – Les pinces à linge

.

.

3 – Le lancer de ballons

.

4 – La potion magique

.

.

5 – La planche et les escabeaux

6 – Les sarbacanes et les cibles

.

7 – La pinata

***

En les préparant, j’imaginais que, cette année contrairement à l’année dernière,
nous aurions la chance de les réaliser dans le jardin … la météo avait prévu
du beau temps … je croisais les doigts …

Mais, ce matin, lorsque je vais dans le jardin pour préparer …
mes chaussures et les bas de pantalon sont vite trempés.

Conclusion, il n’est pas question de jouer dans le jardin …
l’herbe n’aura jamais le temps de sécher.

Je me précipite dans la maison pour dispatcher de nouvelles pinces à linge
dans la salle et le couloir … tout en imaginant le déroulement des 4 épreuves
« pinces à linge » … en même temps et dans si peu d’espace …
Là, je ne vois pas cela possible … ni dans le jardin … ni à l’intérieur …
Alors, comment faire ?

Il est 10 heures et l’anniversaire commence à 14 heures.
Ainsi que je le répète souvent à Esteban
« Il existe toujours plusieurs solutions » …

Effectivement, nous en trouvons une … placer le matériel dans la rue
et sur le parking devant la maison.
Aussitôt dit aussitôt fait, Paul et Mamilie nous aident à placer
les pinces à linge avant de repartir.

Puis, j’apporte le matériel correspondant à chaque épreuve et le numérote.
Je note sur un tableau blanc le numéro des différentes épreuves
ainsi que la liste du matériel pour qu’il puisse être trouvé facilement
par n’importe quelle personne présente.

A 13 heures 15, tout est fin prêt !

Eh bien ! Je ne pensais pas y passer tant de temps …
heureusement, j’avais fait les gâteaux la veille
et Mamilie et Paul en apportaient aussi !

.

***

Les premiers enfants arrivent à 14 heures et, en attendant les autres,
ils jouent à courir entre, ou sur les barreaux d’une échelle, posée à plat
sur le sol, de la façon qui leur correspond le mieux.

Et, pour le plus grand plaisir de tous, les épreuves débutent …
Afin de les relier entre elles, j’ai élaboré une trame de 8 pages,
regroupées dans un cahier plastifié.

Les épreuves s’enchaînent avec fluidité et joie.

– 2 épreuves sont à réaliser en duo
(puisqu’ils sont 7 enfants,
la Maman de Yanis fait le 8ème !)

– 3 épreuves individuelles

– 2 épreuves collectives
(au final, l’épreuve des escabeaux
se révèle une épreuve collective)

.

1 – Les ballons et les fléchettes (épreuve individuelle)

Les enfants choisissent leur cible, la distance à laquelle ils préfèrent
se positionner et la façon dont ils veulent percer les ballons …
soit, en lançant leur bâton/fléchette, soit en les perçant d’un
ou de plusieurs coups de bâton.

Chacun prend plaisir à crever tous les ballons fixés sur sa propre cible
et à relever le défi qu’il s’est fixé.

Léo réussit à crever tous ses ballons en restant éloigné de sa cible.

 

2 – Les pinces à linge

• Titouan et Léo choisissent de récupérer les pinces à linge
dans une cuvette d’eau sans y mettre les mains …

Tous les deux s’éclatent à plonger la tête dans l’eau et à sortir
les pinces avec la bouche … alors que 7 pinces seulement sont demandées,
ils les attrapent toutes et en redemandent !

Résultat : ils sont trempés des pieds à la tête et obligés de se changer entièrement !

• Victoire choisit Esteban pour l’épreuve des pieds liés

• Lino et Yanis se trouvent bien pour décrocher et accrocher les pinces
d’un fil à l’autre (un des fils est accroché près de notre maison et l’autre
près de chez Pascal, notre voisin) Ils sont dos à dos et se déplacent à leur rythme !

• Espérance et Kilian, eux, se débrouillent fort bien pour attraper les pinces,
à l’aide de leurs pieds nus, et pour les déposer ensuite dans la panière à linge.

3 – Le lancer de ballon

Pour cette épreuve, les enfants font appel à différentes intelligences multiples.

• Titouan et Léo font appel à Agilo, en lançant le ballon rapidement …
en hauteur … à distance … et en faisant des figures acrobatiques.

• Lino et Esteban, eux, font appel à Calculine : ils s’envoient le ballon,
presque collés l’un à l’autre pour éviter qu’il ne tombe, en se concentrant
sur l’énumération de leurs passes à haute voix.

• Espérance et Kilian, Victoire et Yanis, lancent le ballon de façon
plus classique, à une distance raisonnable et en se montrant particulièrement
vigilants au suivi du ballon dans les airs.

4 – La potion magique

Les enfants prennent plaisir à élaborer leur potion. Pour ce faire, ils choisissent
quasiment tous, les couleurs de leurs propres vêtements.

Chaque potion ressemble à son créateur et la façon de procéder
est révélatrice du caractère de chacun !

Nous sommes admiratifs de leurs œuvres et les enfants ont adoré les réaliser.

L’épreuve est déjà un véritable succès et lorsque nous passons ajouter de la levure …
c’est une surprise générale de voir « crépiter » et « pétiller » sa potion.


Sans conteste, cette épreuve est à refaire.

5 – La planche et les escabeaux

Les enfants imaginent toutes les façons possibles de passer sur les escabeaux,
l’échelle et la planche (yeux bandés, en marche avant, en marche arrière,
passage entre les barreaux, seul ou à plusieurs, saut d’un endroit … de l’autre …

Le fait que chacun y aille de son idée et que tous participent
rend cette épreuve encore plus plaisante !

Puis, tout le monde se retrouve sur la planche et les escabeaux pour une photo de groupe.

6 – Les sarbacanes et les cibles

Chacun trouve, de nouveau, la façon la plus juste pour lui, d’envoyer
les boules dans les différents trous de la cible.

7 – La pinata

Les enfants ont pu passer 2 fois chacun pour cogner dans la pinata …
c’est Victoire qui porte le coup fatidique !

Chacun choisit alors le ou les deux dragons qui lui correspondent
et lit son message afin d’aller récupérer sa lumière.

.

***

Une fois toutes les lumières retrouvées,
la cérémonie des Maîtres Dragonniers

se déroule sur la musique de « Dragon Heart ».

Les jeunes s’agenouillent et je les sacre Maîtres Dragonniers.
En tant que Grande Prêtresse du Cercle des Anciens,
je leur remets leur diplôme

et ils allument leur Lumière
(nous leur avons acheter des petites lampes pour la représenter).

 ***

La cérémonie terminée, le festin commence …

En plus de mes 3 gâteaux et des 3 de Mamilie, Yann en a préparé un
représentant le dragon « Croque Mou » … Christèle, quant à elle,
a décoré le sien de dragons en sucre glace.

 

Chacun allume sa bougie pétillante et Esteban souffle ses bougies …

***

Puis, il ouvre les cadeaux de ses copains …
que chacun a pris le temps de réaliser chez lui en famille.

Quelle patience, quelle créativité, quelle imagination !
Merci à tous !

Après le goûter, les enfants jouent soit au foot, soit dans la Terre
ou cherchent des pierres précieuses dans le sable …

 

Wouah ! Quelle merveilleuse journée !

.

Publicités

Une pinata arc-en-ciel

.‌‌

Au final, nous avons recouvert notre pinata
d’une 4ème couche de papier et l’avons peinte
aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Quelques jours avant l’anniversaire,
et non sans une certaine appréhension,
nous avons retiré le ballon (de l’intérieur) …
et, à notre grand soulagement,
notre pinata a tenu !

​Il restait à la suspendre, après y avoir glissé
les messages et les cartes dragons …
mais, comment faire ?
​C’est Esteban qui a trouvé la solution.

Il a proposé, pour que ce soit plus solide,
de passer une ficelle dans la pinata,
à l’aide de pailles, afin qu’elle puisse
être suspendue et soutenue par les deux ouvertures …
car, Yann craignait qu’elle ne cède trop rapidement.

Nous n’avons eu aucun problème pour glisser les messages papier
par l’une des fentes mais, il n’en a pas été de même
pour les cartes plastifiées … nous avons décidé
ne pas les mettre afin de ne pas les abîmer
et de les lancer au moment où les messages
tomberaient de la pinata …

​En définitive, lorsque les enfants ont tapé dessus, une fente est apparue
et j’ai réussi à les glisser par cette ouverture …

C’est un coup donné par Victoire qui les a fait tomber !

​En fait, notre pinata s’est révélée très résistante car,
avant de la suspendre, nous l’avons laissée une soirée
sur le sol de la salle où elle a peut-être pris
un peu d’humidité … suite à quoi, elle est devenue élastique …
un véritable atout pour notre jeu …
ce qui a permis à chaque enfant
de taper au moins deux fois dessus !

 

Nous sommes très heureux de l’avoir réalisée nous-mêmes …
nous y avons pris beaucoup de plaisir …
tout autant que les enfants pour la faire éclater.

​Nous avons aussi trouvé l’endroit et la hauteur idéale
pour la suspendre … un trou était déjà fait
sur la poutre en bois au-dessus de la porte du garage …

​Nous nous en souviendrons pour la prochaine !

.

Un jeu avec les intelligences multiples

.

En échangeant avec Esteban, l’idée nous vient de créer

​- ​un jeu sur une feuille plastifiée, avec toutes les intelligences multiples
en image (Imagio, Brin de Nature …)

​- une autre feuille plastifiée, destinée à accueillir les différentes
intelligences multiples utilisées au cours d’une activité.

Ce que nous avons fait mercredi dernier, aidés de Titouan.

​C’est lui qui a mis de la couleur sur chaque lettre des titres.

Désormais, lorsqu’Esteban joue seul ou réalise une activité,
il déplace, d’une fiche à l’autre, les personnages qu’il sollicite …
ce qui lui permet de visualiser très facilement les intelligences multiples
auxquelles il a fait appel.

 

.

Une pinata !

.

Ce matin, je suis loin d’être surprise lorsqu’Esteban
choisit l’activité qui lui tient le plus à cœur … la pinata !

​Depuis qu’il l’a repérée et sélectionnée, il n’a qu’une hâte …
en confectionner une !

​Deux sites ont retenu notre attention et nous allons les mixer
pour en réaliser une à notre façon

https://fr.wikihow.com/fabriquer-une-pi%C3%B1ata
http://cestmamanquilafait.com/wordpress/maison-deco/craft/anniversaires/pinataafairesoitmemetutorielanniversaire

Je note le protocole et le matériel que nous utiliserons.

​Nous avons besoin de journaux … nous n’en avons pas …

​Nous allons donc chez Christiane lui en demander
et restons discuter avec elle (Bout en train)
​ainsi qu’avec Isabelle, l’autre voisine.

De retour à la maison, nous recouvrons le sol d’un drap
ainsi que la table sur laquelle nous déposons la farine,
le sel, l’eau, le récipient, la cuillère (Calculine).

Pour obtenir une pinata suffisamment conséquente,
nous choisissons un ballon punch violet.

 

​Tous les deux, nous découpons des bandes de papier dans un journal
ainsi qu’indiqué sur l’un des sites.

Nous nous mettons d’accord, je mets la colle et je tiens le ballon …
Esteban, lui, pose les bandes de papier …

« C’est un peu comme faire un puzzle » me dit-il

Effectivement, il est impératif que les bandes recouvrent
entièrement le ballon et qu’aucun espace violet n’apparaisse.

​Nous téléphonons à Mamilie pour savoir si cela lui ferait plaisir
de venir nous aider … elle nous rejoints alors que nous avons déjà
recouvert la moitié du ballon.

​ »Nous faisons appel à Imagio » précise Esteban

Pour recouvrir le ballon d’une première couche, nous utilisons toute la colle
et presque toutes les bandes découpées … puis, nous le mettons à sécher
dans la salle de bain pour le reprendre demain.

​Nous avons adoré faire cette activité tous ensemble !

 

***

Notre pinata n’étant pas sèche ce matin, j’utilise le sèche-cheveux.

​Je le tiens assez éloigné du ballon …

​Lorsque j’entends des petits craquements, je ne remarque rien …
jusqu’à ce que je découvre une fissure dans les journaux !

​Le bon côté des choses … nous repérons là où les bandes
ne se chevauchent pas suffisamment !

​Nous recouvrons tout d’abord cette craquelure avant
de remettre une deuxième couche de papier …

​Esteban pose les bandes dans un sens bien précis et,
lors de la troisième couche, nous les mettrons dans le sens inverse,
de façon à réaliser un quadrillage pour que ce soit plus solide.

 

***

 
Ce matin, nous appliquons une troisième couche de papier sur notre pinata.

​Pour nous donner une idée du temps passé, nous regardons l’heure …
environ 30 minutes sont nécessaires pour recouvrir entièrement le ballon.

Si nous avons aussi mis 30 minutes pour poser la première couche
et autant pour la deuxième, combien de temps avons-nous
déjà passé à recouvrir la pinata ?

30 + 30 = 60

60 + 30 = 90 soit 1h30

… et Esteban de me répondre

​ » 3 x 30 = 90  » !!!

​A cela, il convient d’ajouter le temps passé à couper les bandes de journaux.

Aujourd’hui, le temps est encore beau … et la pinata sèche vite …
si nous n’étions pas allés chercher Titouan à l’école,
nous aurions pu appliquer une nouvelle couche.

​Mais, les garçons préfèrent profiter du beau temps et s’amuser dans la terre …
avant de rentrer jouer aux playmobils.

​Je pense que nous recouvrirons notre pinata
de 4 ou 5 couches de papier avant de la peindre …
aux couleurs de l’arc-en-ciel …
selon le souhait d’Esteban !

.

 

.

Des hôtels à insectes

.

A l’Échappée Belle, nous apprenons à construire
des cabanes à insectes et chacun y contribue
suivant son inspiration du moment.

Je vous livre les photos prises au début de nos aménagements,
étant tombée en panne de batterie je photographierai nos œuvres achevées
mercredi prochain.

.

De la nouvelle pâte à modeler

.

Depuis quelque temps déjà‌, nous avions besoin
de nouvelle pâte à modeler et, à chaque fois que j’y pensais,
les conditions n’étaient pas réunies.

​Hier, j’ai enfin pris le temps d’en réaliser deux
et, dès aujourd’hui, nous en utilisons une
pour créer des lettres cursives majuscules.

Je m’installe à la table de la salle avec la pâte,
les fiches et le matériel nécessaire pour couper la pâte.

​Je commence donc seule, en espérant qu’Esteban vienne me rejoindre
dès qu’il en aura terminé avec la carte du monde et son leapfrog …

​Ce qu’il fait …

​J’ai déjà modelé le ‘A’ et le ‘B’ … il commence le ‘C’ ;
mais, lorsqu’il remarque les formes complexes
des autres majuscules, il n’est vraiment plus motivé.

« Esteban, je prends les lettres ‘G’ et ‘H’,
as-tu remarqué leur complexité ?
Avec ton doigt, saurais-tu repasser sur les lettres ? »

​Ce qu’il fait aisément !

​ »Veux-tu m’aider pour faire le ‘G’ ?
J’aurais besoin que tu tiennes le bout de la pâte »

​Tout de suite, il me dit

​ »Attends, toi, tu tiens la pâte et moi je vais la poser »

​Je confectionne donc des boudins de pâte relativement fins,
Esteban les pose sur les lettres les plus faciles
et moi sur les autres … et ce, jusqu’à la lettre ‘O’.

​Cette activité lui a permis de

– parler des lettres

​- voir sous quelles formes se cachaient les alphas pour échapper à Furiosa

​- créer une histoire autour des lettres

​- trouver sa propre façon de jouer à cette activité,
en trouvant lui-même le biais par lequel l’aborder

​- développer l’intelligence kinesthésique
​ . en réalisant des boudins fins, longs et solides
​ . en déplaçant les lettres de la table au sol pour prendre les photos,
​ sans les faire tomber et en gardant ses deux cartes en équilibre dans les mains

​Pour les ranger, je demande à Esteban de le faire
le plus vite possible en fonction des lettres que je prononce …

​Il préfère inverser les rôles, c’est donc lui
qui énonce et moi je classe !

​Ainsi, tout est vite rangé et dans la bonne humeur !

​Et c’est avec plaisir que nous allons visionné
« Un chasseur de pierres précieuses ».

.

.

Un livre entier !

.

Aujourd’hui, Esteban a lu son premier petit livre
« Où est passé la souris ? »

Installée près de lui, lorsqu’il hésitait,
je lui montrais les nouvelles « cartes sons » …

​Le fait d’avoir lu ce livre lui a donné
davantage confiance en lui
​et lui a permis de se rendre compte …
qu’il pouvait et qu’il savait lire !

Bravo Esteban !

.

Des cartes de sons personnalisées

.

Cette semaine, j’ai enfin réalisé les cartes de sons personnalisées pour Esteban.

Jusqu’à présent, lorsqu’il avait besoin de revoir les sons,
je lui montrais les cartes trouvées sur internet
et que j’avais plastifié telles quelles.

Mais, à chaque utilisation, je me rendais compte
que cela ne lui convenait pas …
Esteban ne réussissait pas à les retenir de façon durable …

J’ai donc fait des cartes avec une couleur précise par son,
en utilisant les mêmes que sur les cartes de Napoléon.

​Ainsi, Esteban associera toujours la même couleur au même son.

J’ai illustré ces fiches avec des images qui parlent à Esteban

​- pour le son ‘ on ‘ … une image de Napoléon

​- pour le son ‘ j ‘ … une photo de Judex

J’ai aussi établi un autre jeu de « cartes sons »,
en tenant compte des gestes trouvés sur le blog de Sanleane
et en les adaptant à nos besoins

http://www.sanleane.fr/affichage-sons-taoki-differentes-versions-a4660588

​Voici quelques-unes de ces cartes

.

Nos horloges !

.

Cette semaine, nous avons‌ créé les aiguilles de 2 horloges.

Tout d’abord, nous choisissons plusieurs jeux d’images
pour distinguer les différentes aiguilles.

dsc08530

Esteban retient des schtroumpfs, des personnages d’Angry Birds
et des images de Noël ; quant à moi, en plus des animaux
(guépard, éléphant, escargot) initialement sélectionnés,
je plastifie la Fée Clochette, une baguette magique et une fleur,
ainsi, je changerai le design de mes aiguilles quand bon me semblera !

Puis, nous décidons de fixer ces images avec du velcro,
de façon à pouvoir les enlever et les remettre, au gré de nos envies.

dsc08521 dsc08519

Pour la première fois, Esteban reproduit des dessins à partir de modèles.

Ainsi que je le lui demande, il dessine des escargots pour illustrer
l’aiguille des heures sur une des grandes pendules et, passionné
par cette nouvelle activité, dans la foulée il reproduit Gargamel,
Azraël, un serpent et un Angry Birds rouge !

A mon tour de concrétiser le dessin des minutes (un éléphant)
et à Yann de réaliser celui des secondes (un guépard) …

Nous aurons donc une véritable pendule avec nos dessins …
il nous en reste deux autres, puisque Yann a acheté chez Ikea
3 horloges à moins de 2 euros l’une.

Pour ce faire, nous les démontons, enlevons le fond d’origine
pour y placer le nôtre, nous mettons nos aiguilles
avec nos dessins et voici le résultat

dsc08522

dsc08524

Ainsi, Esteban pourra les expérimenter,
voir celle qui lui convient le mieux …
et apprendre l’heure plus facilement !

 

 dsc08527

dsc08538

dsc08532

dsc08525

Finalement‌, nous avons refait les aiguilles de nos pendules.

Nous avons remplacé le velcro trop épais (6 épaisseurs)
par des attaches parisiennes, plus esthétiques et plus pratiques.

dsc08534

 penduleattache

Afin de nous permettre de les fixer, Yann a percé des trous
sur des aiguilles réalisées sur Illustrator.

Il a aussi remonté les 3 véritables pendules
et collé les illustrations au pistolet à colle.

Seule, la pendule avec nos dessins n’est pas terminée.
Nous sommes ravis du résultat et nous nous félicitons !

Esteban est tellement content qu’il nous en commande déjà d’autres !

.

.