Esteban fourmille !

.

En allant chercher la monnaie‌, Esteban voit une fourmilière
dans le parterre de Pascal, il reste l’observer.

Je lui propose d’aller chercher des miettes
que je lui laisse mettre ; en les déposant, il me dit

​ »Elles se ruent à la curée » (Mot à mot)

Lorsque je reviens avec l’appareil photo, il continue sur sa lancée

« Je remarque qu’elles viennent de là … elles passent par là et par là …
elles sont ingénieuses … et tu crois qu’elles dégagent quelles phéromones ? »

​ »Elles sont là parce qu’il y a beaucoup de pucerons sur cette plante,
là il y a plein de pucerons … regarde, il y en a partout …
il y a plein de colonies … les fourmis aiment bien le miellat,
ça leur fait de la nourriture … c’est pour cela
qu’il y en a beaucoup ici de fourmis ! »

​ »Cette plante a été mangée par des limaces
et des escargots et ils ne devraient pas être loin …
comme ils se déplacent lentement … »

Je réalise que nous sommes au mois de mai

« Esteban, sais-tu si les cicadelles sont de retour ? »

​ »Oui, depuis avant que je joue avec Yanis »

​Il a déjà remarqué ce détail, alors que moi
je n’y ai pas prêté attention !

​Il me montre leur bave, elle se sont installées
sur les mêmes arbres que l’an dernier …
il en compte 8 dans un arbre et 3 dans l’autre.

​Puis, il récupère les gouttes de rosée pour les boire.

​Cet après-midi, nous sommes retournés voir les fourmis.

.

Cet après-midi, nous retournons voir les fourmis ‌
et les observons un bon moment

​A notre grande surprise, rien n’a bougé, elles semblent même
se désintéresser de la nourriture apportée par Esteban.

​Ces fourmis sont étranges, elles ne suivent pas un chemin particulier
mais partent dans tous les sens.

De plus, elles ne transportent pas de nourriture
mais seulement des cadavres de fourmis !

​Nous essayons chacun de suivre une fourmi
mais la perdons de vue dès qu’elle se mêle aux autres.

Esteban propose de les peindre pour les repérer !

​Certaines semblent se battre
alors que d’autres se rapprochent … pour la trophallaxie ?
​Nous ne voyons pas vraiment … c’est si petit un jabot de fourmi !

​A 18h45, elles sont pratiquement toutes rentrées.

.

Publicités

D’autres infos sur les fourmis

.

Ce matin Espérance et Yanis nous adressent des liens sur les fourmis,

pour que nous apprenions à les dessiner,

pour les colorier,

https://www.google.fr/search?biw=1211&bih=629&tbm=isch&q=fourmi+dessin&revid=1039197474&sa=X&ved=0ahUKEwjWkO7Ch-PLAhWDGw8KHR8yCC8Q1QIIHA&gws_rd=cr&ei=onT5VsKnM8zzaNKei4AN

ainsi que des vidéos,

1001 pattes

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=13550033&cfilm=13550.html

et Minuscule – La vallée des fourmis perdues

https://www.youtube.com/watch?v=L8VuoczGbBA

Sur Skype, nous échangeons nos découvertes
sur les fourmis légionnaires et sur les fourmis argentines,
car Yanis est, lui aussi, un passionné des fourmis.

Il me pose d’ailleurs une question très intéressante :

« Qui, des fourmis légionnaires ou argentines,
gagnerait, si elles se rencontraient ? »

Ne connaissant pas la réponse, je lui propose,
lorsque nous irons le voir, d’écrire à un myrmécologue.

Cet après-midi, Esteban et Yann regardent « Minuscule », pendant que Mamilie
m’aide sur les fiches des fourmis et sur le calendrier perpétuel.

.

.

La guerre des fourmis

.

Nous venons de regarder ce documentaire sur les fourmis d’Argentine,
et sur leurs incroyables stratégies pour envahir de nombreux territoires.

Ces fourmis sont arrivées par bateau jusque dans le bassin méditerranéen,
depuis, elles gagnent du terrain sur les fourmis autochtones.

Bien qu’elles ne mesurent que 2 millimètres, elles adoptent des techniques
bien pensées, pour gagner les batailles qu’elles livrent.

Tout d’abord, et contrairement aux fourmis en général,

– leur fourmilière abrite de 15 à 20 reines 
– elles sont très rapides pour trouver la nourriture
– elles sont flexibles et mobiles
– elles ne se combattent pas, du moment que ce sont des fourmis argentines,
elles se reconnaissent comme semblables
– pour ces fourmis, leur nombre fait la force

Elles adoptent des stratégies, pour avoir le dessus sur les autres fourmis

– elles attaquent d’abord les antennes et les pattes des gardiennes
– puis, elles entrent dans la fourmilière et s’en prennent à la reine,
lorsque la reine meurt, c’est la colonie entière qui disparaît avec elle
– comme elles sont très rapides, elles raflent la nourriture avant les autres,
ce qui affaiblit naturellement les colonies de fourmis autochtones
qui, du coup, disparaissent
– elles privent aussi les autres fourmis de miellat

En fait, ces fourmis, par leur nombre et la vitesse
où elles envahissent les terres du bassin méditerranéen,
sont un fléau pour l’écosystème.

D’ailleurs, des chercheurs étudient ce phénomène pour tenter de l’enrayer.

Jusqu’à présent, ils ont observé qu’en Corse les fourmis tapinoma
leur résistent, mais elles ne sont pas assez fortes
pour les chasser des lieux où elles sont déjà implantées.

Des chercheurs allemands ont mené une expérience en laboratoire.

A l’aide de phéromones de fourmis argentines,
ils ont réalisé des parcours fictifs, ce qui déstabilise ces dernières.

Avec ces phéromones de synthèse, il leur serait possible de perturber
les parcours des fourmis et endiguer leur prolifération …
mais, pour le moment cette expérience n’en est qu’au stade laboratoire.

Quel passionnant documentaire …

Aujourd’hui, nous avons encore appris plein de choses sur les fourmis !

.

Les fourmis tueuses !

.

Toujours aussi passionnés par les fourmis,
nous regardons un nouveau documentaire

Nous découvrons avec stupéfaction qu’il existe
des fourmis dangereuses pour l’homme.

Les fourmis voyageuses, les fourmis bouledogues
et les fourmis légionnaires (encore appelées magnan ou siafu),
sont des « fourmis tueuses » !

Les Magnans sont carnivores. Lors du déplacement de leur colonie,
elles peuvent s’attaquer à des proies bien plus grosses qu’elles :
rats, serpents, crabes d’eau douce, etc …
Une colonie Magnan en mouvement est considérée comme dangereuse
pour l’homme, bien que sa vitesse de déplacement (20 mètres par heure)
la rend facile à éviter. C’est principalement pour les individus
ne pouvant pas se déplacer (nourrissons, infirmes)
qu’une telle colonie est dangereuse . Wikipédia

.

Encore des fourmis !

.

Chaque jour, nous lisons des articles et visionnons
des documentaires sur ces insectes sociaux …

[Embed] https://www.youtube.com/watch?v=4Psgj2AIUcY [/ embed]

[Embed] https://www.youtube.com/watch?v=ezJ3N3ZmvPU [/ embed]

Esteban est tellement passionné, que les fourmis
ont remplacé les histoires du soir, qu’il adore pourtant !

Aujourd’hui encore, nous sommes allés les étudier sur le terrain.

Nous avons profité d’être dehors, pour replanter d’anciennes pensées
et en mettre des nouvelles.

.

A l’origine de plusieurs activités : un livre !

.

Alors que nous lisons pour la énième fois « Mille milliards de fourmis »,
je propose une variante à Esteban.

A l’aide d’une règle, je lui montre la taille réelle des fourmis.

Il regard le chiffre sur le livre et le cherche lui-même sur la règle,
il se familiarise donc avec … tout en jouant !

Arrivés à la page précisant que les fourmis vivaient à l’époque des dinosaures,
Esteban sort ses livres pour recouper toutes les infos …

Au cours de nos recherches sur les livres des dinosaures,
nous ne souvenons plus du sens étymologique de « ankylo » …
Esteban sort son « leapfrog », mais, c’est sur Wikipédia
que je trouve la réponse : « ankylo » signifie « rigide », donc lézard rigide.

Ainsi, en partant d’un simple livre, de multiples activités en découlent …

A partir du même document, nous réalisons aussi une fiche
sur la fourmilière, les fourmis et leurs prédateurs.

Je suis persuadée qu’en approfondissant le sujet,
nous trouverons encore des tas d’autres activités !

.

Un nouveau jeu sur les fourmis

.

desinsectisation-fourmis-01

Ce soir avant de s’endormir,
Esteban demande encore « Mille milliards de fourmis » !

Comme je le vois tellement passionné par ce sujet,
je me demande quel jeu je vais pouvoir inventer.

Je lui propose

– une fourmilière avec ses différentes parties
– des fourmis reines et ouvrières
– leurs prédateurs : le tamanoir, le fourmilier et le tamandua ?

que nous plastifierions, afin qu’il puisse recréer un monde de fourmis …

Quand soudain, je réalise que lui aussi peut me proposer un jeu …

Je lui demande donc d’y réfléchir avant de se coucher,
pour savoir ce que nous pourrions inventer tous les 2 !

J’ai donc hâte d’être à demain, pour qu’il me fasse part
de ses idées et continuer ensemble notre calendrier perpétuel !

Waouh ! J’adore inventer et créer …
et avec Esteban comme coéquipier …
ce sera encore plus chouette !

.