Des eschotltzias et des chapeaux

.

Après avoir regardé plusieurs dessins animés de français,
sur le site Canopé, je propose à Esteban de sortir se détendre.

​ » Pourquoi ne pas sauter d’un côté à l’autre du caniveau ?
​ Si nous entendons un mot féminin, on saute à droite,
​ Si c’est un mot masculin, on saute à gauche « 

J’écris d’ailleurs un  » f  » sur le côté droit
et un  » m  » sur le côté gauche …

​ » On reconnaît le mot masculin, quand on entend ‘un ou le’ …
​et le mot féminin (on pense à femme), quand on entend ‘une ou la’ … « 

​Mais, devant le nombre de chapeaux d’escholtzias tombés,
Esteban trouve un jeu beaucoup plus passionnant.

​Il commence à les compter, puis, me demande

​ »Toi, tu comptes les fleurs, comme ça on verra
si on trouve autant de fleurs que de chapeaux ! »

Je totalise 73 fleurs et lui 40 chapeaux …

​ »Esteban, combien y a-t-il de fleurs en plus ? »

​Pour lui permettre de compter, je sors les bâtonnets
de 10 (dont 4 orange) …

J’en place 7 avec 3 jetons pour les fleurs …
​et les 4 bâtonnets orange pour les chapeaux …

« Esteban, regarde, j’enlève les 4 bâtonnets identiques de 10
et le reste représente la différence »

​Il compte 33 … je lui montre les chiffres représentant ce nombre.

Cet après-midi, nous allons chercher des chapeaux chez la voisine
et nous recomptons l’ensemble car ils ont tous été mélangés …
nous arrivons à un total de 87 !

​ »Esteban, veux-tu s’il te plaît représenter ce nombre
avec les bâtonnets et les jetons correspondants ? »

​Il pose donc 8 bâtonnets et 7 jetons …

​Je change 4 de ses bâtonnets contre les bâtonnets orange,
pour lui montrer ​ceux ​que nous avions au départ.

Il compte alors ceux restant, soit 47 …
« A l’aide des chiffres en bois, merci de me montrer ce nombre »

​… ce qu’il fait !

​ »Esteban, si on a bien compté, on doit trouver le même résultat …

​ … 40 chez Pascal plus 47 chez la voisine, ça fait bien 87″

Il calcule lui-même

7 + 0 = 7

4 + 4 = 8

en remettant ces chiffres en bois.

.

Un vendeur de pierres précieuses

.

Ce matin, Esteban expose ses pierres précieuses
sur son lit pour nous les vendre.

​Je lui suggère plutôt de les placer sur sa table dans salle.

​De mon côté, pour me permettre de payer mes achats,
je prends les jetons qu’il a triés l’autre jour par couleur.

​Je lui propose aussi de faire des étiquettes
mais il préfère donner le prix oralement.

​Afin de lui permettre d’additionner, je prends 5 pierres maximum
(je n’ai que 5 couleurs de jetons différentes).

Je pose, près de chaque pierre, le nombre de jetons correspondant
au prix pour qu’il puisse faire le total de mes achats.

​A l’aide des cartes « Pierres », je lui demande

​- 1 fluorite verte – 1 euro
​- 1 calcite orange – 2 euros
– 1 amazonite – 3 euros

il se reporte aux cartes pour trouver ce que je désire acheter.

Puis, il calcule tous les jetons

1 + 2 + 3  =  6

A chaque calcul, je lui donne les chiffres en bois
correspondant à la somme qu’il vient de calculer.

​Avant même que je ne place les jetons correspondant aux chiffres,
Esteban me dit
​ » 8 + 2 + 1  …  ça fait  11 ! « 

***

​Je sors les bâtonnets de 10 pour régler les objets les plus chers,
en faisant volontairement des erreurs pour qu’il les corrige.

Esteban décide qu’une couronne équivaut à 5 Euros.

​Spontanément, il est allé chercher la calculatrice pour vérification

​100 + 55 + 55  =  210

​Il tape lui-même les chiffres et apprend à lire ‘ 2 ‘
suivi de deux zéros, soit 200 + les 10 restants  =  210

​Je lui présente l’addition avec des chiffres en bois
et un bâtonnet de 10 et lui explique que,
lorsque le nombre est supérieur à 10,
on place un chiffre de chaque côté du bâtonnet
et que, celui de gauche est propulsé en haut.

Je me rends compte‌ que le fait de lui présenter une addition
de cette façon (nombres posés les uns sous les autres) est un peu complexe.

​Je vais quand même continuer cette explication jusqu’au bout
et décide de faire plus simple par la suite !

 

.

 

A l’échappée belle, les enfants s’éclatent !

.

Esteban adore aller à l’Échappée Belle et retrouver
ses copains et copines … Eloi, Sohan, Samuel, Nahuel,
René Guy, Franck, Elana, Gabrielle, Norah, Loula Gwez, Eléva …

​Ils creusent des trous dans la serre, courent après les poules,
grimpent dans les arbres, jouent dans la terre et la poussière,
jouent aux hommes préhistoriques, fabriquent des arcs,
sautent sur les sacs de paille …

Un vrai paradis !

 

Aujourd’hui, nous rencontrons Delphine.
Elle nous parle entre autres de la consoude et de la digitale.

​La consoude a des feuilles piquantes, des fleurs violettes
qui se mangent, sa feuille ressemble à une plume d’indien.

​La digitale a une feuille dentelée et douce,
elle ressemble à la consoude mais n’est pas comestible.

Delphine demande aux enfants de décrire la plante, de la toucher,
de la sentir, d’observer sa forme, la couleur des nervures …

Elle nous explique comment goûter les plantes lorsque nous ne les connaissons pas …
Avec deux dents, on croque une feuille (c’est la partie la moins concentrée,
contrairement aux racines et aux baies) et, si c’est amer, on recrache …
En effet, les plantes utilisent plusieurs façons pour nous signaler
qu’elles ne sont pas bonnes … notamment, leur amertume !

​Nous faisons aussi connaissance de Tazab.

Il est venu avec d’autres amis dessinateurs
de « Croque and mob in Brocéliande », croquer quelques scènes de Vie.

https://croqandmob.wordpress.com/2017/05/02/jour-1-croq-and-pebroque/#jp-carousel-2047

.

Quand Esteban aime … il compte !

.

Après les maths, Esteban décide de trier toutes les pièces de monnaie
que je lui ai apportées pour ces exercices.

Pour les regrouper, il élabore plusieurs stratégies

​- il prend une pièce de 5 centimes et la pose sur une pièce
qui lui semble être de même diamètre,
​ si tel est le cas il la saisit, sinon il la laisse

– pour les pièces de 50 centimes, il observe chaque pièce
et regarde le nombre qui y figure

​- pour les pièces de 1 centime, il sélectionne les plus petites
​ et choisit également le plus petit rouleau pour que je les mette

​Pendant ce temps, tout en les comptant à haute voix,
je dépose les pièces par groupe de 10 dans les différents rouleaux.

Au final, il nous manque 2 pièces de 2 centimes
et 2 pièces de 5 centimes pour compléter nos rouleaux …
Comment faire pour les terminer et les déposer
à la banque cet après-midi ?

« On va aller demander à Mamilie »

​ »Oui, mais cela nous oblige à prendre la voiture »

​Je suggère à Esteban de demander à Christiane,
nous y allons de suite … mais elle n’est pas là …

​Nous allons voir Sandra … mais, elle n’a pas ces pièces …

​Nous rencontrons notre voisine aux escholtzias, elle a 2 pièces de 2 centimes
et une de 5 … nous les prenons ainsi que 2 autres pièces de 2 centimes
et une de 1 centime, en échange nous lui donnons 4 pièces de 1 centime et une de 10 …

​Avec notre monnaie, nous allons voir Monsieur Verger,
mais il n’a pas non plus de pièce de 5 centimes …
c’est finalement avec la voisine de Sandra
que nous procéderons à l’échange (Bout en train).

Dès notre retour, nous complétons les rouleaux et,
pour qu’Esteban ait connaissance du montant, je pose sur chacun
le montant de sa valeur en jetons. Il a 16 jetons.

​Il recevra 16 euros à la banque !

.

La Marseillaise en images !

.

J’ai réalisé des « p‌hrases à trous » sur les 2 couplets chantés
par Michel Sardou et, contrairement à Esteban,
je n’arrive toujours pas à retenir les paroles.

​Je remplace donc certains mots par des images,
ce qui me facilite vraiment la tâche.

Malgré tout, je constate que lorsque ça passe par mon corps
je retiens beaucoup plus, mais là j’avoue
que c’est loin d’être évident de mimer certaines paroles …
et c’est pourquoi j’ai choisi les images !

C’est incroyable !

Auparavant, je n’aurais jamais pensé remettre en question
ma façon d’apprendre ; mais là, je me rends bien compte
que j’obtiens des résultats très différents
en fonction de l’intelligence que je sollicite.

Natacha m’a prêté un livre sur les chakras
et les intelligences multiples.

​Il est génial car il explique ce qu’étoffer
pour développer nos différentes intelligences !

.

De la nouvelle pâte à modeler

.

Depuis quelque temps déjà‌, nous avions besoin
de nouvelle pâte à modeler et, à chaque fois que j’y pensais,
les conditions n’étaient pas réunies.

​Hier, j’ai enfin pris le temps d’en réaliser deux
et, dès aujourd’hui, nous en utilisons une
pour créer des lettres cursives majuscules.

Je m’installe à la table de la salle avec la pâte,
les fiches et le matériel nécessaire pour couper la pâte.

​Je commence donc seule, en espérant qu’Esteban vienne me rejoindre
dès qu’il en aura terminé avec la carte du monde et son leapfrog …

​Ce qu’il fait …

​J’ai déjà modelé le ‘A’ et le ‘B’ … il commence le ‘C’ ;
mais, lorsqu’il remarque les formes complexes
des autres majuscules, il n’est vraiment plus motivé.

« Esteban, je prends les lettres ‘G’ et ‘H’,
as-tu remarqué leur complexité ?
Avec ton doigt, saurais-tu repasser sur les lettres ? »

​Ce qu’il fait aisément !

​ »Veux-tu m’aider pour faire le ‘G’ ?
J’aurais besoin que tu tiennes le bout de la pâte »

​Tout de suite, il me dit

​ »Attends, toi, tu tiens la pâte et moi je vais la poser »

​Je confectionne donc des boudins de pâte relativement fins,
Esteban les pose sur les lettres les plus faciles
et moi sur les autres … et ce, jusqu’à la lettre ‘O’.

​Cette activité lui a permis de

– parler des lettres

​- voir sous quelles formes se cachaient les alphas pour échapper à Furiosa

​- créer une histoire autour des lettres

​- trouver sa propre façon de jouer à cette activité,
en trouvant lui-même le biais par lequel l’aborder

​- développer l’intelligence kinesthésique
​ . en réalisant des boudins fins, longs et solides
​ . en déplaçant les lettres de la table au sol pour prendre les photos,
​ sans les faire tomber et en gardant ses deux cartes en équilibre dans les mains

​Pour les ranger, je demande à Esteban de le faire
le plus vite possible en fonction des lettres que je prononce …

​Il préfère inverser les rôles, c’est donc lui
qui énonce et moi je classe !

​Ainsi, tout est vite rangé et dans la bonne humeur !

​Et c’est avec plaisir que nous allons visionné
« Un chasseur de pierres précieuses ».

.

.

La marseillaise au réveil !

.

Hier matin, au saut du lit,
nous débutons la journée avec la Marseillaise …

​Esteban l’écoute et je lui propose
le jeu des « Mots manquants  » de cette chanson.

​Cette fois-ci, je n’ai pas mis de couleurs différentes pour les mots,
mais Esteban remarque qu’ils sont de tailles différentes …

il s’est alors empressé de positionner ceux qu’il pouvait
aux emplacements correspondants

pour ensuite mettre les autres

S’il va trop vite et fait une erreur,
je reprends la chanson avec le mot « erroné » …
ce qui provoque de nombreux éclats de rire !

Je lui explique que pour trouver les mots,
il peut aussi regarder les rimes.

​Nous avons chanté plusieurs fois la Marseillaise,
avec des voix différentes et même en la mimant,
afin qu’Esteban puisse choisir la façon qui lui convient le mieux.

​Personnellement, je m’aperçois que je retiens mieux avec les gestes !

​Devant son engouement, je vais copier/imprimer
et plastifier les autres couplets.

.

La nouvelle machine à syllabes

.

Il y a une quinzaine de jour‌s, Christèle nous a prêté
une machine à syllabes en papier
pour que je puisse y jouer avec Esteban.

Évidemment, j’ai tout de suite pensé à en réaliser une,
en adaptant les couleurs aux différents sons
et en utilisant aussi du papier de couleurs diverses
pour les trois séries de syllabes.

​Sur le net, j’ai préparé les cartes vierges en mettant la police
et la taille que je souhaitais et ai envoyé le tout, par mail,
à ma maman qui se proposait de les compléter.

​Mais, la police cursive standard choisie ne passait pas sur son micro.

​Elle est donc venue à la maison et, au final, c’est Esteban
qui a, lui-même, tapé toutes les lettres cursives.
Je les positionnais sur les cartes et ma maman les lui montrait.

​Une machine à syllabes avec cette écriture
me paraît plus intéressante car Esteban les connaît un peu moins
et les apprendra plus facilement de cette façon.
Une fois toutes les lettres de la machine à syllabes écrites,
je trouvais dommage de ne rien mettre au verso ;
j’y ai donc ajouté l’ensemble des autres lettres en police calibri.

​En fait, ce qui nous a pris le plus de temps, ça a été
de trouver une perfo « un trou ». Je croyais en avoir une mais,
pour finir, c’est Christiane qui nous a prêtée la sienne.

​J’ai perforé l’ensemble des cartes
et Yann les a regroupées sur des anneaux.

​Nous avons donc trois séries distinctes
que nous pouvons lire en même temps ou séparément.

​Le fait qu’elles soient reliées par un simple anneau
présente plusieurs atouts

​- créer de nouveaux jeux

​- possibilité d’interchanger les cartes,
ce qui nourrit davantage mon besoin de changement

​Hier soir, pendant qu’Esteban se préparait pour aller dormir,
je lui ai proposé de composer de nouveaux mots …

Il a adoré et a réalisé que certaines syllabes reliées entre elles
ne voulaient rien dire tandis que d’autres formaient de vrais mots.

Il serait peut-être intéressant de répertorier tous les mots
qu’il est possible de composer à partir de ce jeu !

.

Des cartes sur les pierres précieuses

.

Toujours sur le filon des pierres précieuses,
et grâce à cette série trouvée sur You tube,
Esteban continue de découvrir la façon dont elles sont extraites

​Dans le reportage, à chaque fois que nous repérons une nouvelle pierre,
je la note et, une fois la vidéo terminée, je réécris
tous les noms en majuscules afin de permettre
à Esteban de les taper sur Powerpoint.

​Ensemble nous cherchons des images et les exportons dans notre dossier.

​Le soir, lorsqu’Esteban est couché, je cherche d’autres infos
pour mettre au verso des cartes.

Voici le résultat

.

Des chercheurs d’or !

.

Titouan et Esteban se passionnent pour les pierres précieuses.

​Le week-end dernier, ils ont fait de nombreux trous
dans le jardin pour en trouver.

​Titouan a même apporté son livre sur les pierres,
pour voir si celles qu’ils découvrent y figurent.

***
Aujourd’hui, lorsqu’il est arrivé, Esteban réalisait le puzzle du Monde.

Après qu’ils l’aient terminé ensemble, je leur propose
de mener une enquête à partir du livre emprunté à la médiathèque

​Sur ce livre, je leur montre un pays et leur demande
de le retrouver sur le puzzle à l’aide d’indices que je leur donne.

En ce qui concerne le Japon, je leur précise une île volcanique
où l’on mange du riz …

​Au niveau de la Tanzanie, Titouan remarque des pierres précieuses :
diamants, saphirs et rubis.

​ »Titouan, ce serait super si tu écrivais au tableau
le nom des différents pays et des pierres qu’il produisent ! »

​ »D’accord ! »

​Inutile de vous dire que nous examinons chaque page
avec beaucoup d’attention.

​Ainsi, nous découvrons des pierres ​précieuses au Ghana,
au Canada, en Russie, en Australie, au Brésil et en Tanzanie.

​Arrivé au dernier mot, Titouan dit à Esteban

« Je suis fatigué, à ton tour d’écrire ‘diamant​s’ ! »

… ce qu’Esteban fait.

Merci Titouan pour ce coup de pouce !

Pour terminer, nous recherchons sur Google
les pays producteurs de diamants.

Les garçons sont tellement intéressés que je leur propose
de réaliser un jeu sur les pierres précieuses …

​Affaire à suivre !

.