Les tables d’addition

.

Grâce aux cartes de Matthieu Protin,
Esteban connaît ses tables de multiplication …
mais, pas encore celles d’addition !

Ce matin, lors des exercices de maths,
je me rends compte que certains calculs
ne coulent pas de source et que l’apprentissage
des tables serait une activité intéressante
pour cet après-midi.

​Ce midi, sur powerpoint, je commence
à faire des cartes de chiffres
que je plastifierai pour en faire des tables …

​Je réalise des pages de 15 cartes de 0 à 4 …
et je m’arrête … quelque chose cloche …
cette méthode nécessiterait un trop grand nombre de cartes …
Je laisse tomber … en attendant une autre idée !

​Cet après-midi, en débutant l’activité,
j’utilise les bâtonnets de bois
pour former les signes + et =
et demande à Esteban de reproduire la table de 1 ,
le chiffre 1 étant représenté par un cœur
et les autres par des perles.

​Après lui avoir montré les 2 premières lignes,
je réalise qu’Esteban n’a jamais vu
de tables d’addition.
De suite, je pose le tableau blanc sur le lino
et représente la table de 1 …

 

Je lui demande alors de se retourner pendant
que je change de place certains bâtonnets
et certaines perles.

Lorsque je lui propose de retrouver
les anomalies, il le fait aisément.​

Ensuite, j’enlève tous les chiffres en bois
(mis pour les résultats) et​ lui en donne,
de façon aléatoire, pour qu’il les replace.

​Il comprend vite que les chiffres sont à placer
dans l’ordre croissant 1 2 3 4 …

Pour la table de 2 , il choisit deux fleurs bleues
pour symboliser le 2 .

​Une fois celle-ci terminée et les anomalies trouvées,
j’ai l’idée de déposer les chiffres et nombres en bois
en cercle sur le sol.

​Je lui suggère de se mettre à l’intérieur du cercle
et de sauter sur le résultat.

​Quand je lui pose 2 + 6 …
il s’éclate en sautant sur le 8 !

Volontairement, je le fais sauter sur des résultats placés
à l’opposé, il y prend un réel plaisir et, à chaque fois,
recule les chiffres en bois …

​Lorsque ceux-ci sont trop éloignés,
nous passons à la table de 3 …

Je lui suggère de toujours partir du 3
et de faire autant de pas que nécessaire
pour atteindre le résultat … il se retrouve sur le 10 …

​Quand il s’est familiarisé avec cette table,
je lui propose de tirer une flèche sur le résultat,
à l’aide de son pistolet.

Nous prenons autant de plaisir l’un que l’autre
à jouer avec les tables et continuerons
au cours de la semaine …

***
Aujourd’hui, nous voyons les tables de 4 et de 5.

A chaque résultat, Esteban continue de sauter
dans son cercle de chiffres et de nombres.

​Nous ajoutons même une option « coussin bleu » …
sur lequel il saute en criant sa réponse !

​Il apprécie cette activité et la termine
en visant les résultats à l’aide de son pistolet.

​Esteban remarque que tous les résultats des tables
commencent par le même chiffre 5 et 15 ,
que la table elle-même !

​Il commence donc par positionner
ces résultats aux extrêmes.

Publicités

Idéfix, les romains … et les chiffres … en lettres !

.

Depuis un moment, Esteban n’écrit pas beaucoup,
il préfère de loin les maths à l’écriture …

​Son cahier d’écriture est donc relativement peu rempli
par rapport à ce qu’il a écrit dans ses cahiers de maths.

​Jusqu’au mois dernier, je ne lui avais encore
jamais proposé …d’écrire des mots sans modèle …

​J’ai commencé par lui faire écrire les chiffres
en lettres … et, croyez-moi, ça n’a pas été simple !

En effet, Esteban n’arrivait pas à mémoriser
les lettres malgré les différentes méthodes utilisées :

– en épelant à haute voix, en chantant
et en sautant à l’élastique
– en remplaçant les lettres par les alphas,
​- en formant les ​lettres avec de la pâte à modeler
et en les incrustant de perles,
​- en lui faisant manipuler des ​lettres en bois …

… mais … rien à faire …

​Il ne retenait pas l’orthographe, il oubliait
et confondait plusieurs lettres …

Nous regardons donc ensemble la vidéo de Matthieu Protin
« Mémoriser comme un champion » …

​Puis, j’invente une histoire avec les anagrammes
des lettres, ce qui donne

. à la « rozé » = 0
. « nu » = 1
​. « udex » = 2 (il pense à mon ami Judex)
. est « sorti » = 3
​. « traqué » = 4
. par « cniq » = 5
. et « xis » = 6
​. « pest » dit « sept »embre (nous avons rajouté septembre,
​ car, même avec « pest », il oubliait l’écriture du 7)
. « uhit » = 8
​. « fenu » = 9
​. « idx » = 10

Je dessine, écrit cette histoire sur une feuille
et lui la raconte à plusieurs reprises …

​Ensuite, je place ces anagrammes près des chiffres
correspondants … pour qu’Esteban les mettent
dans le bon ordre en un temps record …

Après avoir réalisé plusieurs défis de ce type
avec les lettres en bois et les alphas,
il a mémorisé ces mots …

​Mais, si j’avais à refaire ça pour l’ensemble des mots,
cela me prendrait un temps fou …

Je cherche donc une solution et me souviens
des tables de multiplication apprises en novembre,
grâce aux cartes et vidéos de Matthieu Protin …

.
​Peut-être serait-il intéressant d’en réaliser
pour qu’Esteban apprenne les nombres ‘ vingt ‘ –
‘ trente ‘ … jusqu’à ‘ cent ‘ ?

Avant les vacances de Noël, je me demandais quel thème
le passionnerait … je n’ai pas eu à réfléchir longtemps,
la réponse est venue d’elle-même …

​Depuis plusieurs semaines, nous passons beaucoup
de temps à regarder des documentaires sur les Romains …

​IDX, représentant notre 10, ressemble à Idéfix.
Il me reste à réaliser les cartes correspondantes,
avec des images lorsque les lettres sont plus complexes,
des couleurs, des questions et une histoire sur chaque,
comme dans le jeu des tables de multiplication.

​C’est chose faite, voici nos cartes

​Dans la semaine, nous inventerons l’histoire des onze,
douze, treize, quatorze, quinze et seize.
Hier matin, Esteban a regardé ces cartes et,
dans l’après-midi, je lui ai demandé d’écrire au tableau …
il n’était pas motivé car il pensait ne pas savoir …
en lui rappelant l’histoire liée à chaque carte,
il a tout écrit !

.

 

Les tables d’addition et de multiplication

Eh bien ! quelle différence d’apprentissage
entre les tables d’addition et celle de multiplication.

Esteban a retenu plus aisément les tables d’addition imagées,
et mises en scène par Matthieu Protin, que les classiques.

Après avoir cherché une façon de les lui faire retenir plus facilement, j’ai élaboré des moyens mnémotechniques
ainsi qu’un cheminement.

– La table de 1
​C’est toujours le chiffre venant après celui calculé,
le résultat obtenu 1 + 3  = 4

– avec la table de 2 : il frappe dans ses mains
2 fois  7 + 2  =
il reprend  7  et frappe une fois dans ses mains
ce qui fait  8 , puis une deuxième fois ce qui fait  9

– Les tables de  3  4  et  5
je lui demande ce qui est le plus facile à retenir

Nous avons donc toujours

– le chiffre qui se rajoute au  0  :  3  +  0  =  3
puisque c’est le même

– lorsque l’on ajoute le  10  car c’est aussi
le même chiffre à la fin du résultat :  3  +  10  =  13

– il arrive à trouver rapidement le double
.  3  +  3  =  6
.  3  +  1  =  4  (chiffre ou nombre suivant)
.  3  +  2  =  5  en frappant dans les mains 2 fois
.  3  +  9  car avec le  9  on enlève toujours un  1
du chiffre demandé et on le rajoute
en retenue :  3  +  9  = 1 2

C’est avec ces chiffres et nombres ( 0, 10, le double,
1. 2. 9 ) qu’il mémorise plus facilement …

Alors, comment trouver une façon qui lui permette
de mémoriser les autres ?

– en repartant du double si  3  +  3  = 6 
alors  3  +  2  =  1  de moins que le double ce qui fait  5
(nous avons donc 2 façons de calculer  3  +  2
car il y a aussi celle de frapper dans les mains)
– et  3  +  4  avec un de plus qui fait  7

Nous avons donc 7 astuces

Il reste 5, 6, 7, et 8

Je choisis de mettre le  7  en lumière
il fait  2  de moins que le  9

donc  12  –  2  =  10  résultat de  3  +  7

et si  3  +  7  =  10
3  +  6  avec  1  en moins  =  9
3  +  8  avec  1  en plus que  7  =  11

il reste  3  +  5  ! …

Pour ces résultats, l’apprentissage est moins aisé.
Demain, je vais tester à nouveau pour voir s’il retient
mieux en faisant ce cheminement !

Sinon, je pense à imager les chiffres comme j’ai fait
pour les tables de multiplication, ou à faire
une table d’addition avec comme structure,
la structure d’une pendule … afin qu’il puisse toujours
associer les mêmes emplacements …

C’est le fait de le voir sauter sur les chiffres
et nombres du cercle
qui m’en a donné l’idée !

Nous continuons donc à expérimenter une façon
qui s’apprenne et se retienne avec plaisir …

Nous cherchons …

 

.

Un jeu avec les intelligences multiples

.

En échangeant avec Esteban, l’idée nous vient de créer

​- ​un jeu sur une feuille plastifiée, avec toutes les intelligences multiples
en image (Imagio, Brin de Nature …)

​- une autre feuille plastifiée, destinée à accueillir les différentes
intelligences multiples utilisées au cours d’une activité.

Ce que nous avons fait mercredi dernier, aidés de Titouan.

​C’est lui qui a mis de la couleur sur chaque lettre des titres.

Désormais, lorsqu’Esteban joue seul ou réalise une activité,
il déplace, d’une fiche à l’autre, les personnages qu’il sollicite …
ce qui lui permet de visualiser très facilement les intelligences multiples
auxquelles il a fait appel.

 

.

Une pinata !

.

Ce matin, je suis loin d’être surprise lorsqu’Esteban
choisit l’activité qui lui tient le plus à cœur … la pinata !

​Depuis qu’il l’a repérée et sélectionnée, il n’a qu’une hâte …
en confectionner une !

​Deux sites ont retenu notre attention et nous allons les mixer
pour en réaliser une à notre façon

https://fr.wikihow.com/fabriquer-une-pi%C3%B1ata
http://cestmamanquilafait.com/wordpress/maison-deco/craft/anniversaires/pinataafairesoitmemetutorielanniversaire

Je note le protocole et le matériel que nous utiliserons.

​Nous avons besoin de journaux … nous n’en avons pas …

​Nous allons donc chez Christiane lui en demander
et restons discuter avec elle (Bout en train)
​ainsi qu’avec Isabelle, l’autre voisine.

De retour à la maison, nous recouvrons le sol d’un drap
ainsi que la table sur laquelle nous déposons la farine,
le sel, l’eau, le récipient, la cuillère (Calculine).

Pour obtenir une pinata suffisamment conséquente,
nous choisissons un ballon punch violet.

 

​Tous les deux, nous découpons des bandes de papier dans un journal
ainsi qu’indiqué sur l’un des sites.

Nous nous mettons d’accord, je mets la colle et je tiens le ballon …
Esteban, lui, pose les bandes de papier …

« C’est un peu comme faire un puzzle » me dit-il

Effectivement, il est impératif que les bandes recouvrent
entièrement le ballon et qu’aucun espace violet n’apparaisse.

​Nous téléphonons à Mamilie pour savoir si cela lui ferait plaisir
de venir nous aider … elle nous rejoints alors que nous avons déjà
recouvert la moitié du ballon.

​ »Nous faisons appel à Imagio » précise Esteban

Pour recouvrir le ballon d’une première couche, nous utilisons toute la colle
et presque toutes les bandes découpées … puis, nous le mettons à sécher
dans la salle de bain pour le reprendre demain.

​Nous avons adoré faire cette activité tous ensemble !

 

***

Notre pinata n’étant pas sèche ce matin, j’utilise le sèche-cheveux.

​Je le tiens assez éloigné du ballon …

​Lorsque j’entends des petits craquements, je ne remarque rien …
jusqu’à ce que je découvre une fissure dans les journaux !

​Le bon côté des choses … nous repérons là où les bandes
ne se chevauchent pas suffisamment !

​Nous recouvrons tout d’abord cette craquelure avant
de remettre une deuxième couche de papier …

​Esteban pose les bandes dans un sens bien précis et,
lors de la troisième couche, nous les mettrons dans le sens inverse,
de façon à réaliser un quadrillage pour que ce soit plus solide.

 

***

 
Ce matin, nous appliquons une troisième couche de papier sur notre pinata.

​Pour nous donner une idée du temps passé, nous regardons l’heure …
environ 30 minutes sont nécessaires pour recouvrir entièrement le ballon.

Si nous avons aussi mis 30 minutes pour poser la première couche
et autant pour la deuxième, combien de temps avons-nous
déjà passé à recouvrir la pinata ?

30 + 30 = 60

60 + 30 = 90 soit 1h30

… et Esteban de me répondre

​ » 3 x 30 = 90  » !!!

​A cela, il convient d’ajouter le temps passé à couper les bandes de journaux.

Aujourd’hui, le temps est encore beau … et la pinata sèche vite …
si nous n’étions pas allés chercher Titouan à l’école,
nous aurions pu appliquer une nouvelle couche.

​Mais, les garçons préfèrent profiter du beau temps et s’amuser dans la terre …
avant de rentrer jouer aux playmobils.

​Je pense que nous recouvrirons notre pinata
de 4 ou 5 couches de papier avant de la peindre …
aux couleurs de l’arc-en-ciel …
selon le souhait d’Esteban !

.

 

.

Un anniversaire sur le thème des dragons

.

L’anniversaire d’Esteban arrive à grands pas et,
cette année, il choisit le thème des dragons …
nous commençons à le préparer.

Pour cela, je tape « anniversaire et dragon »
et trouve plein d’infos sur Pinterest.

J’ouvre donc un nouveau tableau avec plusieurs épingles
afin qu’Esteban puisse choisir.

https://www.pinterest.fr/stepharcenciel/dragons/

En parallèle, j’ai aussi demandé à ma maman de faire des recherches
sur le net, voici les liens qu’elle nous a fait parvenir :

.

https://www.jeux-anniversaire.net/Toc-toc-le-dragon

http://blog.zodio.fr/recevoir/162613-lapinou-organise-un-anniversaire-sur-le-theme-dragons-2

http://www.kallou.fr/blog/2015/02/des-dragons-et-des-petits-garcons-anniversaire/

http://emericky.canalblog.com/archives/2013/05/16/27159332.html

http://sandrinita.canalblog.com/archives/2015/08/02/32294430.html

http://sandrinita.canalblog.com/archives/2015/08/02/32294430.html

http://forum.doctissimo.fr/grossesse-bebe/mamans-belgique/idees-anniversaire-dragonssujet_50773_1.htm

http://www.leelooh-creation.com/un-anniversaire-de-chevalier-chasseur-de-dragon/

http://www.teteamodeler.com/dossier/animaux-dragon.asp

http://farfadets.canalblog.com/archives/2012/06/25/24571853.html

​Aussitôt, nous les regardons et exportons
sur Powerpoint tout ce qui nous plaît.

anniversaire dragons

​Ce matin, je demande à Esteban qu’il me précise le thème
qu’il souhaite vraiment afin que l’on oriente plus facilement
la recherche de nos jeux.

La fête portera donc sur les dragons et maîtres dragonniers.

Il est donc nécessaire d’en apprendre plus sur les maîtres dragonniers
pour savoir quelles épreuves préparer …

Nos recherches nous conduisent à ces sites

https://sites.google.com/site/noiroroo/classes-de-prestige/maitre-dragonnier

http://theworldofarda.forumactif.com/t347-les-dragonniers

Esteban et moi  lisons le premier et notons ce qui nous intéresse.

​Puis, nous consultons notre tableau « dragon » Pinterest 
​ainsi que notre doc Powerpoint pour voir quelles activités
​pourraient nous convenir.

Nous en dressons une liste et répertorions le matériel nécessaire
​afin de l’acheter ou de le préparer.

***

Je vais chez « Action » pour commencer les achats
et laisse Esteban avec Mamilie …
il préfère aller jouer chez elle plutôt que de m’accompagner.
 
Au magasin, j’achète des ballons punch, des petites pierres précieuses
et des boules de cotillon avec sarbacane pour les activités « dragons ».
J’aurais aimé des ballons simples et des baguettes feu d’artifice …
mais il n’y en avait plus …
.

Dommage !

***

 ‌En fin de journée, nous faisons le point sur les épreuves
choisies par Esteban pour les maîtres dragonniers.

​Nous avons listé 8 épreuves de façon aléatoire,
nous en reverrons l’ordre et le déroulement ultérieurement.

1 – Réalisation d’une potion magique

​2 – Jeu de fléchettes et de ballons

3 – Jeu des mimes

​4 – Recherche de pierres précieuses dans un bac à sable

5 – Jeu des pinces à linge

​6 – Lancer de ballons dans paniers/cartons

​7 – Course d’obstacles ou épreuve de l’escabeau

​8- Lancer de boules de cotillons, dans des endroits précis, à l’aide une sarbacane

​9 – Jeu final avec la pinata

​Pour cet après-midi festif, je vais m’inspirer du déroulement
des pirates de l’an dernier.

​Demain, nous continuerons ce que nous avons commencé,
nous poserons la deuxième couche de journaux sur notre ballon/pinata.

​Puis, nous verrons quelle autre activité nous avons envie d’avancer.

***

Irma, José, Katia

.

Depuis la semaine dernière Esteban se passionne pour les ouragans.

​Plusieurs fois par jour, il consulte les sites que son papa lui a mis en favori.

https://earth.nullschool.net/fr/#current/wind/surface/level/orthographic

=-111.08,17.77,1821/loc=-68.846,27.220

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php
 ​
. Il suit la progression et l’évolution de chaque ouragan
(Brin de nature, Calculine et Imagio).

​ . Il observe avec attention la vitesse des vents, la direction du cyclone,
sa force et sa catégorie.

​. Il regarde aussi un certain nombre de vidéos sur le sujet,
que ce soit des documentaires ou les infos de l’évènement en replay sur le net.

​De ce fait c’est tout naturellement que, depuis la semaine dernière,
ses activités portent sur ce sujet :

​- Esteban revoit sa géographie avec sa carte et son crayon leapfrog.
Il retrouve les îles touchées par les ouragans ainsi que la Floride.

​- Il apprend à situer le Mexique, le Costa Rica et l’ensemble des pays
susceptibles d’être touchés par les tremblements de terre (Imagio).

​- A l’aide de ses kaplas (les bâtiments) et de ses billes (les hommes),
il reproduit les scènes vues dans les documentaires
en commentant ce qu’il y a appris :

« Les maisons qui résistent sont rondes, avec des murs épais »

« Les gens qui sont morts n’ont pas été prudents,
ils n’ont pas écouté les alertes … »

« La prochaine fois, ils devront reconstruire des murs entre la mer
et les villes afin de les protéger … construire des maisons en hauteur … »
(Agilo, Mot à mot, Calculine).

​- Avec son papa, il partage l’évolution des cyclones
et en discute en regardant des sites spécialisés sur l’ordinateur (Bout en train).

​- Les mots qu’il écrit sont liés à ce sujet

​ « irma » – « josé » – « katia » – « saint martin » –
la floride … (Mot à mot, Agilo)

 

.

 

Des eschotltzias et des chapeaux

.

Après avoir regardé plusieurs dessins animés de français,
sur le site Canopé, je propose à Esteban de sortir se détendre.

​ » Pourquoi ne pas sauter d’un côté à l’autre du caniveau ?
​ Si nous entendons un mot féminin, on saute à droite,
​ Si c’est un mot masculin, on saute à gauche « 

J’écris d’ailleurs un  » f  » sur le côté droit
et un  » m  » sur le côté gauche …

​ » On reconnaît le mot masculin, quand on entend ‘un ou le’ …
​et le mot féminin (on pense à femme), quand on entend ‘une ou la’ … « 

​Mais, devant le nombre de chapeaux d’escholtzias tombés,
Esteban trouve un jeu beaucoup plus passionnant.

​Il commence à les compter, puis, me demande

​ »Toi, tu comptes les fleurs, comme ça on verra
si on trouve autant de fleurs que de chapeaux ! »

Je totalise 73 fleurs et lui 40 chapeaux …

​ »Esteban, combien y a-t-il de fleurs en plus ? »

​Pour lui permettre de compter, je sors les bâtonnets
de 10 (dont 4 orange) …

J’en place 7 avec 3 jetons pour les fleurs …
​et les 4 bâtonnets orange pour les chapeaux …

« Esteban, regarde, j’enlève les 4 bâtonnets identiques de 10
et le reste représente la différence »

​Il compte 33 … je lui montre les chiffres représentant ce nombre.

Cet après-midi, nous allons chercher des chapeaux chez la voisine
et nous recomptons l’ensemble car ils ont tous été mélangés …
nous arrivons à un total de 87 !

​ »Esteban, veux-tu s’il te plaît représenter ce nombre
avec les bâtonnets et les jetons correspondants ? »

​Il pose donc 8 bâtonnets et 7 jetons …

​Je change 4 de ses bâtonnets contre les bâtonnets orange,
pour lui montrer ​ceux ​que nous avions au départ.

Il compte alors ceux restant, soit 47 …
« A l’aide des chiffres en bois, merci de me montrer ce nombre »

​… ce qu’il fait !

​ »Esteban, si on a bien compté, on doit trouver le même résultat …

​ … 40 chez Pascal plus 47 chez la voisine, ça fait bien 87″

Il calcule lui-même

7 + 0 = 7

4 + 4 = 8

en remettant ces chiffres en bois.

.

Un vendeur de pierres précieuses

.

Ce matin, Esteban expose ses pierres précieuses
sur son lit pour nous les vendre.

​Je lui suggère plutôt de les placer sur sa table dans salle.

​De mon côté, pour me permettre de payer mes achats,
je prends les jetons qu’il a triés l’autre jour par couleur.

​Je lui propose aussi de faire des étiquettes
mais il préfère donner le prix oralement.

​Afin de lui permettre d’additionner, je prends 5 pierres maximum
(je n’ai que 5 couleurs de jetons différentes).

Je pose, près de chaque pierre, le nombre de jetons correspondant
au prix pour qu’il puisse faire le total de mes achats.

​A l’aide des cartes « Pierres », je lui demande

​- 1 fluorite verte – 1 euro
​- 1 calcite orange – 2 euros
– 1 amazonite – 3 euros

il se reporte aux cartes pour trouver ce que je désire acheter.

Puis, il calcule tous les jetons

1 + 2 + 3  =  6

A chaque calcul, je lui donne les chiffres en bois
correspondant à la somme qu’il vient de calculer.

​Avant même que je ne place les jetons correspondant aux chiffres,
Esteban me dit
​ » 8 + 2 + 1  …  ça fait  11 ! « 

***

​Je sors les bâtonnets de 10 pour régler les objets les plus chers,
en faisant volontairement des erreurs pour qu’il les corrige.

Esteban décide qu’une couronne équivaut à 5 Euros.

​Spontanément, il est allé chercher la calculatrice pour vérification

​100 + 55 + 55  =  210

​Il tape lui-même les chiffres et apprend à lire ‘ 2 ‘
suivi de deux zéros, soit 200 + les 10 restants  =  210

​Je lui présente l’addition avec des chiffres en bois
et un bâtonnet de 10 et lui explique que,
lorsque le nombre est supérieur à 10,
on place un chiffre de chaque côté du bâtonnet
et que, celui de gauche est propulsé en haut.

Je me rends compte‌ que le fait de lui présenter une addition
de cette façon (nombres posés les uns sous les autres) est un peu complexe.

​Je vais quand même continuer cette explication jusqu’au bout
et décide de faire plus simple par la suite !

 

.

 

A l’échappée belle, les enfants s’éclatent !

.

Esteban adore aller à l’Échappée Belle et retrouver
ses copains et copines … Eloi, Sohan, Samuel, Nahuel,
René Guy, Franck, Elana, Gabrielle, Norah, Loula Gwez, Eléva …

​Ils creusent des trous dans la serre, courent après les poules,
grimpent dans les arbres, jouent dans la terre et la poussière,
jouent aux hommes préhistoriques, fabriquent des arcs,
sautent sur les sacs de paille …

Un vrai paradis !

 

Aujourd’hui, nous rencontrons Delphine.
Elle nous parle entre autres de la consoude et de la digitale.

​La consoude a des feuilles piquantes, des fleurs violettes
qui se mangent, sa feuille ressemble à une plume d’indien.

​La digitale a une feuille dentelée et douce,
elle ressemble à la consoude mais n’est pas comestible.

Delphine demande aux enfants de décrire la plante, de la toucher,
de la sentir, d’observer sa forme, la couleur des nervures …

Elle nous explique comment goûter les plantes lorsque nous ne les connaissons pas …
Avec deux dents, on croque une feuille (c’est la partie la moins concentrée,
contrairement aux racines et aux baies) et, si c’est amer, on recrache …
En effet, les plantes utilisent plusieurs façons pour nous signaler
qu’elles ne sont pas bonnes … notamment, leur amertume !

​Nous faisons aussi connaissance de Tazab.

Il est venu avec d’autres amis dessinateurs
de « Croque and mob in Brocéliande », croquer quelques scènes de Vie.

https://croqandmob.wordpress.com/2017/05/02/jour-1-croq-and-pebroque/#jp-carousel-2047

.