Irma, José, Katia

.

Depuis la semaine dernière Esteban se passionne pour les ouragans.

​Plusieurs fois par jour, il consulte les sites que son papa lui a mis en favori.

https://earth.nullschool.net/fr/#current/wind/surface/level/orthographic

=-111.08,17.77,1821/loc=-68.846,27.220

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php
 ​
. Il suit la progression et l’évolution de chaque ouragan
(Brin de nature, Calculine et Imagio).

​ . Il observe avec attention la vitesse des vents, la direction du cyclone,
sa force et sa catégorie.

​. Il regarde aussi un certain nombre de vidéos sur le sujet,
que ce soit des documentaires ou les infos de l’évènement en replay sur le net.

​De ce fait c’est tout naturellement que, depuis la semaine dernière,
ses activités portent sur ce sujet :

​- Esteban revoit sa géographie avec sa carte et son crayon leapfrog.
Il retrouve les îles touchées par les ouragans ainsi que la Floride.

​- Il apprend à situer le Mexique, le Costa Rica et l’ensemble des pays
susceptibles d’être touchés par les tremblements de terre (Imagio).

​- A l’aide de ses kaplas (les bâtiments) et de ses billes (les hommes),
il reproduit les scènes vues dans les documentaires
en commentant ce qu’il y a appris :

« Les maisons qui résistent sont rondes, avec des murs épais »

« Les gens qui sont morts n’ont pas été prudents,
ils n’ont pas écouté les alertes … »

« La prochaine fois, ils devront reconstruire des murs entre la mer
et les villes afin de les protéger … construire des maisons en hauteur … »
(Agilo, Mot à mot, Calculine).

​- Avec son papa, il partage l’évolution des cyclones
et en discute en regardant des sites spécialisés sur l’ordinateur (Bout en train).

​- Les mots qu’il écrit sont liés à ce sujet

​ « irma » – « josé » – « katia » – « saint martin » –
la floride … (Mot à mot, Agilo)

 

.

 

Publicités

Tout est apprentissage !

.

C‌e matin, un plombier (un ancien copain d’école) vient remplacer notre chauffe-eau.

​Esteban l’observe en silence ; puis, petit à petit, il s’approche
en apportant sa boite à outils, m’aide à déplacer les affaires dans le cagibi et,
ensuite, échange avec le technicien.

​Il constate la rouille sur le vieil appareil et la force
dont Loïc fait preuve pour porter seul les chauffe-eau.

J’explique à Esteban à quelles intelligences Loïc
a fait appel ce matin pour exercer son métier.

– Agilo pour l’habileté manuelle et la force

​- Calculine et Imagio pour anticiper et prévoir le matériel nécessaire
– Bout en train pour les échanges

​- Mot à mot pour nous expliquer et nous donner le nom des outils
– Brin de nature car, en allant acheter le nouveau chauffe-eau,
Loïc a emporté le vieux pour qu’il soit recyclé
​- Cœur en soi, car il a utilisé son expérience pour nous donner les explications​,
il nous a aussi fait part de ses points forts et de ceux à développer

​Nous avons dit à Loïc qu’il ne manquait plus que Clé de sol
pour qu’il réunisse toutes les intelligences multiples

… il aurait pu chanter en travaillant .. et Esteban d’ajouter

​ »Ou en sifflant aussi ! »
Esteban, quant à lui, a développé

​- Bout en train (pour les échanges)
​- Mot à mot (pour avoir appris du vocabulaire)
– Agilo (pour m’avoir aidée à déplacer nos affaires)
​- Calculine (en apprenant le fonctionnement de certaines choses) …

En fait, tout est apprentissage quand on se donne le temps d’observer !

 

.

La rentrée !

.

Ce matin, nous reprenons aussi le chemin de l’école à la maison.

Au programme :

​- réajustement des rituels du lever et du coucher

​- dépôt des déclarations d’instruction en famille
​ . à la mairie pour Monsieur le Maire
​ . à la poste, et en recommandé,
​ pour le Recteur d’Académie

http://laia.asso.free.fr/lettyp.html

​- préparation du pique-nique de « non-rentrée »
​ pour rejoindre les familles IEF du département

​- pique-nique et échanges avec ces familles,
​ au bord d’un lac

​- lecture d’une page de Gafi

​- lecture de plusieurs pages de « Petites leçons de choses »

 

 

.

Des progrès en lecture et en écriture !

.

Sur les conseils de l’Inspectrice, chaque matin
nous avons consacré du temps à la lecture et à l’écriture …
Esteban a fait d’énormes progrès.

Il a fini de lire le livre de Gafi et a appris l’écriture cursive …
mais, pour arriver à ce résultat, j’ai dû me batailler et, ni lui ni moi,
n’avons pris beaucoup de plaisir en procédant de cette façon !

​Certes, nous avons trouvé des motivations mais ce n’était pas suffisant
par rapport à la contrainte et à l’humeur liées à ces activités …

Tandis qu’Esteban traçait ses 10 mots de la main droite …
je m’exerçais à écrire de la main gauche et, là, je me suis bien améliorée.

En attendant qu’il ait terminé, je me suis également entraînée au jeu des mots
puisque, j’utilisais les lettres du mot qu’il écrivait pour en composer
un maximum d’autres, ce qui me rendait le moment le plus agréable.

​Au final, Esteban écrivait seulement 2 mots au lieu de 10
car je me suis aperçue que, moins il en avait à écrire,
plus il le faisait avec plaisir et exactitude.

Il a aussi apprécié d’écrire sur les tableaux,
à l’aide de crayons de couleurs différentes.

​Pendant les vacances, nous avons tout arrêté
et nous ne savons pas encore

comment nous procéderons à la rentrée !

.

De nouveaux images docs

.

Dimanche, nous sommes allés‌ à la braderie.

Nous y avons déniché des images sur

​- La Première et la Seconde Guerre Mondiale

​- Louis XIV et le Château de Versailles

​- Pompéi

​- François 1er

– Napoléon

​- La Préhistoire

​- L’Antiquité

​Dimanche soir et lundi soir, Esteban m’a demandé
de lui lire les images sur les 2 guerres.

​Il passe une partie de son temps libre à les feuilleter.

 

.

Tom Sawyer et l’Amérique

.

Après avoir découvert Tom Sawyer
au‌ cours de notre 1/4 d’heure de folie l’autre jour,
Esteban me demande de regarder les dessins animés.

​C’est génial ! Je vais ressortir ma carte puzzle de ce pays
et nous allons faire des recherches sur le Mississipi,
le Missouri, la ville de Saint-Louis … et sur le contexte de l’époque.

.

.

A la ferme avec les jeunes du CFTA

.

Ce week-end, Anne-Cécile nous propose de nous rendre
mardi après-midi à la ferme de Pascal.

​Là, des jeunes du CFTA seront notés
sur des activités agricoles qu’ils proposent aux enfants.

​A 15h30, nous sommes sur place et faisons la connaissance de Pascal,
l’exploitant agricole, de la directrice du CFTA, d’Yvette, membre de l’association,
et de 6 jeunes en classe de seconde agricole (5 garçons et une fille)

La directrice prend la parole avant de laisser les jeunes se présenter.

Ils sont répartis en 2 groupes de 3.
​L’un, exposant la partie animale, l’autre la partie végétale.
Le premier groupe nous présente
les différentes vaches élevées en Bretagne

​- les Prim’Holstein, race​ dominante​
– les montbéliardes,
– les normandes
​- les pies noires
​- les pies bleues

​Dans la stabulation des pies bleues, et pour qu’Esteban le voit,
Pascal a laissé un jeune veau avec sa mère,
alors qu’il aurait dû être sevré depuis dimanche.

Le veau reste environ 3 semaines avec sa mère
où il est nourri avec du lait, puis avec des granules et,
lorsqu’il est sevré, il reçoit de l’eau et du foin.

Trois semaines après, un marchand vient les chercher
(9 à 10 en même temps) pour les emmener en élevage
où ils restent environ 5 mois.

Après quoi, ils sont destinés à l’abattoir pour être mangés !
La période de gestation des vaches est en moyenne de 9 mois.
Elles donnent généralement naissance à un veau, voire des jumeaux.

​Lorsque les jumeaux sont un mâle et une femelle,
cette dernière est toujours stérile
et donc vendue rapidement à l’abattoir.

​Suivant les races, les vaches sont vendues à des prix différents​,
par exemple, les pies bleues se vendent plus cher que les pies noires.​

​Nous apprenons aussi que, dans cette ferme,
les vaches rentrent à la stabulation
pour se faire traire quand elles veulent.

​Les vaches sont équipées d’un bracelet bleu numéroté et,
lorsqu’elles passent devant la machine à traire,
celle-ci accepte ou non car un minimum de 6 heures
est nécessaire entre deux traites.

​La machine lave le pis et la traite s’effectue en moins de 10 minutes,
tout dépend bien sûr de la quantité de lait.

​La trayeuse relève aussi le nombre de passages dans la journée.
L’hiver, lorsque les vaches sont enfermées,
elles se présentent plus souvent à la machine.

Cette machine indique non seulement

– le temps de traite
​- le nombre de litres extraits
– le nombre de pas que font les animaux dans la journée,
leur temps de couchage …

… mais, elle est aussi capable de séparer le lait destiné à la vente
et celui réservé aux veaux.

​Cette machine extraordinaire coûte plus de 100 000 euros et est amortie sur 10 ans.

​Une telle machine ne peut être optimisée que dans les exploitations
possédant un cheptel d’au moins 60 vaches.

L’intérêt

– gain de temps
​- travail d’astreinte différent
​- moins de main d’œuvre
​- de son portable, l’exploitant peut suivre le travail de la machine

Avant de maîtriser cette machine, qui comporte plus de 900 paramètres,
une formation de 72 heures est nécessaire.

Esteban et moi avons été très impressionnés par ce potentiel,
mais aussi par le fait que les vaches connaissent,
elles aussi, leurs besoins !

Le lait est stocké jusqu’au passage du laitier
et, à chaque fois, des analyses sont faites
car sa qualité est soumise à des normes bien précises.

Après la visite de la stabulation, l’observation de la traite,
de l’ordinateur relié à la machine, de la salle de stockage du lait
et de l’enclos des veaux, les jeunes du deuxième groupe prennent la parole.

Ils nous présentent

– l’orge, le blé, l’avoine
​- le maïs
– la féverole

et nous apprennent à les différencier.

​Ils expliquent à Esteban

​- que les odeurs qui émanent parfois de la ferme peuvent provenir
. du lisier (liquide + bouse)
​ . du fumier (liquide + bouse + paille)
​ . ou de la fermentation de l’ensilage

​- que la terre doit toujours être recouverte, pour éviter que les nitrates
y pénètrent et la pollue ainsi que les rivières.

Ils lui montrent aussi

​- les différents stades du maïs et lui font planter des graines
dans un pot que nous avons rapporté à la maison
– les différentes machines de la ferme

​Esteban a même fait un tour de tracteur !

Nous sommes super contents de notre après-midi
et remercions toutes les personnes présentes.

Maintenant, je pense que je vais faire une fiche
sur le blé, l’avoine … afin d’apprendre à les différencier car,
le fait de voir une seule fois ne me suffit pas !

Encore merci à vous tous pour ce merveilleux après-midi !

.

.

Des hôtels à insectes

.

A l’Échappée Belle, nous apprenons à construire
des cabanes à insectes et chacun y contribue
suivant son inspiration du moment.

Je vous livre les photos prises au début de nos aménagements,
étant tombée en panne de batterie je photographierai nos œuvres achevées
mercredi prochain.

.

Le site gallo-romain de Jublains

.

Hier, nous sommes allés visiter ce site avec Natacha.

​Esteban y découvre

​- le film de présentation du musée
– le musée avec ses objets anciens (vases, pièces …)
​. ses maquettes, livres, bornes …
. son sarcophage
​ « Mais, il y a quelqu’un dedans ? », me demande-t-il

Après la visite du musée, il découvre le reste des fortifications,
les termes, la reconstitution d’une maison … puis, le Temple de Vénus,
le Théâtre romain et les termes attenant à l’église.

​Équipé de son appareil photo, notre reporter en herbe s’en donne à cœur joie !

Le soir son papa lui demande ce qu’il a vu, ce qu’il a fait de sa journée …
Esteban de répondre

« J’ai vu un film, des bus et plein d’enfants … »

​avant d’ajouter toutefois …

« des vases, des pièces, des murailles, un théâtre, un temple
​et des trucs avec des lumières ! »

​(Il s’agit, en fait, des termes éclairés près de l’église !)

.

La benoîte commune

.

Nous observons les fleurs du parterre de Pascal
pour voir si rien n’a changé depuis l’année dernière‌ …

Nous les nommons à l’aide de nos fiches et, là, je m’exclame

​ »Il n’y a plus de benoîtes communes ! »

​ »Mais si, regarde ces feuilles-là c’est de la benoîte commune »

« Ah bon ! tu crois ? »

​Hier, en observant à nouveau les fleurs, Esteban me dit

​ »Tu vois, c’est bien de la benoîte commune ! »

​Esteban a raison, il s’agit bien de cette plante !

Quel sens de l’observation !

Bravo Esteban !

.