Sous des angles différents

.

Publicités

Les tables d’addition

.

Grâce aux cartes de Matthieu Protin,
Esteban connaît ses tables de multiplication …
mais, pas encore celles d’addition !

Ce matin, lors des exercices de maths,
je me rends compte que certains calculs
ne coulent pas de source et que l’apprentissage
des tables serait une activité intéressante
pour cet après-midi.

​Ce midi, sur powerpoint, je commence
à faire des cartes de chiffres
que je plastifierai pour en faire des tables …

​Je réalise des pages de 15 cartes de 0 à 4 …
et je m’arrête … quelque chose cloche …
cette méthode nécessiterait un trop grand nombre de cartes …
Je laisse tomber … en attendant une autre idée !

​Cet après-midi, en débutant l’activité,
j’utilise les bâtonnets de bois
pour former les signes + et =
et demande à Esteban de reproduire la table de 1 ,
le chiffre 1 étant représenté par un cœur
et les autres par des perles.

​Après lui avoir montré les 2 premières lignes,
je réalise qu’Esteban n’a jamais vu
de tables d’addition.
De suite, je pose le tableau blanc sur le lino
et représente la table de 1 …

 

Je lui demande alors de se retourner pendant
que je change de place certains bâtonnets
et certaines perles.

Lorsque je lui propose de retrouver
les anomalies, il le fait aisément.​

Ensuite, j’enlève tous les chiffres en bois
(mis pour les résultats) et​ lui en donne,
de façon aléatoire, pour qu’il les replace.

​Il comprend vite que les chiffres sont à placer
dans l’ordre croissant 1 2 3 4 …

Pour la table de 2 , il choisit deux fleurs bleues
pour symboliser le 2 .

​Une fois celle-ci terminée et les anomalies trouvées,
j’ai l’idée de déposer les chiffres et nombres en bois
en cercle sur le sol.

​Je lui suggère de se mettre à l’intérieur du cercle
et de sauter sur le résultat.

​Quand je lui pose 2 + 6 …
il s’éclate en sautant sur le 8 !

Volontairement, je le fais sauter sur des résultats placés
à l’opposé, il y prend un réel plaisir et, à chaque fois,
recule les chiffres en bois …

​Lorsque ceux-ci sont trop éloignés,
nous passons à la table de 3 …

Je lui suggère de toujours partir du 3
et de faire autant de pas que nécessaire
pour atteindre le résultat … il se retrouve sur le 10 …

​Quand il s’est familiarisé avec cette table,
je lui propose de tirer une flèche sur le résultat,
à l’aide de son pistolet.

Nous prenons autant de plaisir l’un que l’autre
à jouer avec les tables et continuerons
au cours de la semaine …

***
Aujourd’hui, nous voyons les tables de 4 et de 5.

A chaque résultat, Esteban continue de sauter
dans son cercle de chiffres et de nombres.

​Nous ajoutons même une option « coussin bleu » …
sur lequel il saute en criant sa réponse !

​Il apprécie cette activité et la termine
en visant les résultats à l’aide de son pistolet.

​Esteban remarque que tous les résultats des tables
commencent par le même chiffre 5 et 15 ,
que la table elle-même !

​Il commence donc par positionner
ces résultats aux extrêmes.

Notre rythme de croisière !

Depuis plusieurs semaines, je n’ai pas pris le temps
d’écrire sur ce blog et ceci pour deux raisons :

​- la première, est que j’ai privilégié la préparation
de mes cours de développement personnel que je donnerai
courant 2018 aux personnes intéressées

​- la seconde, est que je n’arrivais pas à trouver
une « structure » qui nous convienne, ni un rythme
de croisière qui nous plaise à tous les deux

​Lors de sa venue en Juin, l’Inspectrice nous a suggéré
des horaires précis avec écriture, lecture et maths
tous les jours.

Effectivement, Esteban a fait de gros progrès
dans tous les domaines … mais, à quel prix !

​Ni l’un, ni l’autre n’avions de plaisir à apprendre,
c’était plus une contrainte qu’un plaisir !

​Pendant les grandes vacances, nous avons fait
une pause complète … et la rentrée a été
des plus difficiles …

​Esteban s’est rendu compte qu’il avait besoin
d’apprendre régulièrement, sinon il oubliait …

Nous avons donc expérimenté plusieurs façons de faire,
avant de trouver celle qui nous plaît à tous les deux
et que nous avons mise en place en décembre !

Esteban commence à 9h30 et choisit la matière
qui lui convient : maths, écriture ou lecture.

Puis, nous regardons un documentaire qui le motive
ou il me propose une activité qui le passionne,
et ce, jusqu’à midi.

Dans la matinée, il fait une pause et, sur le temps du midi,
il regarde 20 minutes de vidéo en anglais ou en allemand.

De 14h à 15h30, nous poursuivons les activités
du matin ou réalisons celles qui ne l’ont pas encore été.

​En général, Esteban choisit d’abord de faire des maths

​- soit, dans ses cahiers d’exercices

​- soit, en revoyant les tables de multiplication
apprises à l’aide des cartes et vidéos de Matthieu Protin

​- ou encore en faisant des calculs et des opérations
à partir d’objets concrets.

​Il préfère cette matière plutôt que la lecture
et l’écriture.

​Ce qui est génial avec les maths, c’est qu’il lit
et écrit sans vraiment s’en rendre compte !

A la fin de chaque activité, je fais le récapitulatif
de ce qu’il a appris et, lui, me dit comment il a lu,
quels progrès il a faits, la façon dont il s’est appliqué,
les difficultés rencontrées,
quelles solutions il peut trouver pour progresser
et ce qui lui est possible de changer.

Lorsque c’est lui qui me propose une activité,
et lorsqu’il a terminé, Esteban a pour consigne de me dire, 
à quelles intelligences multiples il a fait appel
et quelles compétences il a ainsi développées.

 

.

Irma, José, Katia

.

Depuis la semaine dernière Esteban se passionne pour les ouragans.

​Plusieurs fois par jour, il consulte les sites que son papa lui a mis en favori.

https://earth.nullschool.net/fr/#current/wind/surface/level/orthographic

=-111.08,17.77,1821/loc=-68.846,27.220

http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php
 ​
. Il suit la progression et l’évolution de chaque ouragan
(Brin de nature, Calculine et Imagio).

​ . Il observe avec attention la vitesse des vents, la direction du cyclone,
sa force et sa catégorie.

​. Il regarde aussi un certain nombre de vidéos sur le sujet,
que ce soit des documentaires ou les infos de l’évènement en replay sur le net.

​De ce fait c’est tout naturellement que, depuis la semaine dernière,
ses activités portent sur ce sujet :

​- Esteban revoit sa géographie avec sa carte et son crayon leapfrog.
Il retrouve les îles touchées par les ouragans ainsi que la Floride.

​- Il apprend à situer le Mexique, le Costa Rica et l’ensemble des pays
susceptibles d’être touchés par les tremblements de terre (Imagio).

​- A l’aide de ses kaplas (les bâtiments) et de ses billes (les hommes),
il reproduit les scènes vues dans les documentaires
en commentant ce qu’il y a appris :

« Les maisons qui résistent sont rondes, avec des murs épais »

« Les gens qui sont morts n’ont pas été prudents,
ils n’ont pas écouté les alertes … »

« La prochaine fois, ils devront reconstruire des murs entre la mer
et les villes afin de les protéger … construire des maisons en hauteur … »
(Agilo, Mot à mot, Calculine).

​- Avec son papa, il partage l’évolution des cyclones
et en discute en regardant des sites spécialisés sur l’ordinateur (Bout en train).

​- Les mots qu’il écrit sont liés à ce sujet

​ « irma » – « josé » – « katia » – « saint martin » –
la floride … (Mot à mot, Agilo)

 

.

 

Tout est apprentissage !

.

C‌e matin, un plombier (un ancien copain d’école) vient remplacer notre chauffe-eau.

​Esteban l’observe en silence ; puis, petit à petit, il s’approche
en apportant sa boite à outils, m’aide à déplacer les affaires dans le cagibi et,
ensuite, échange avec le technicien.

​Il constate la rouille sur le vieil appareil et la force
dont Loïc fait preuve pour porter seul les chauffe-eau.

J’explique à Esteban à quelles intelligences Loïc
a fait appel ce matin pour exercer son métier.

– Agilo pour l’habileté manuelle et la force

​- Calculine et Imagio pour anticiper et prévoir le matériel nécessaire
– Bout en train pour les échanges

​- Mot à mot pour nous expliquer et nous donner le nom des outils
– Brin de nature car, en allant acheter le nouveau chauffe-eau,
Loïc a emporté le vieux pour qu’il soit recyclé
​- Cœur en soi, car il a utilisé son expérience pour nous donner les explications​,
il nous a aussi fait part de ses points forts et de ceux à développer

​Nous avons dit à Loïc qu’il ne manquait plus que Clé de sol
pour qu’il réunisse toutes les intelligences multiples

… il aurait pu chanter en travaillant .. et Esteban d’ajouter

​ »Ou en sifflant aussi ! »
Esteban, quant à lui, a développé

​- Bout en train (pour les échanges)
​- Mot à mot (pour avoir appris du vocabulaire)
– Agilo (pour m’avoir aidée à déplacer nos affaires)
​- Calculine (en apprenant le fonctionnement de certaines choses) …

En fait, tout est apprentissage quand on se donne le temps d’observer !

 

.

La rentrée !

.

Ce matin, nous reprenons aussi le chemin de l’école à la maison.

Au programme :

​- réajustement des rituels du lever et du coucher

​- dépôt des déclarations d’instruction en famille
​ . à la mairie pour Monsieur le Maire
​ . à la poste, et en recommandé,
​ pour le Recteur d’Académie

http://laia.asso.free.fr/lettyp.html

​- préparation du pique-nique de « non-rentrée »
​ pour rejoindre les familles IEF du département

​- pique-nique et échanges avec ces familles,
​ au bord d’un lac

​- lecture d’une page de Gafi

​- lecture de plusieurs pages de « Petites leçons de choses »

 

 

.

Des progrès en lecture et en écriture !

.

Sur les conseils de l’Inspectrice, chaque matin
nous avons consacré du temps à la lecture et à l’écriture …
Esteban a fait d’énormes progrès.

Il a fini de lire le livre de Gafi et a appris l’écriture cursive …
mais, pour arriver à ce résultat, j’ai dû me batailler et, ni lui ni moi,
n’avons pris beaucoup de plaisir en procédant de cette façon !

​Certes, nous avons trouvé des motivations mais ce n’était pas suffisant
par rapport à la contrainte et à l’humeur liées à ces activités …

Tandis qu’Esteban traçait ses 10 mots de la main droite …
je m’exerçais à écrire de la main gauche et, là, je me suis bien améliorée.

En attendant qu’il ait terminé, je me suis également entraînée au jeu des mots
puisque, j’utilisais les lettres du mot qu’il écrivait pour en composer
un maximum d’autres, ce qui me rendait le moment le plus agréable.

​Au final, Esteban écrivait seulement 2 mots au lieu de 10
car je me suis aperçue que, moins il en avait à écrire,
plus il le faisait avec plaisir et exactitude.

Il a aussi apprécié d’écrire sur les tableaux,
à l’aide de crayons de couleurs différentes.

​Pendant les vacances, nous avons tout arrêté
et nous ne savons pas encore

comment nous procéderons à la rentrée !

.