A l’échappée belle, les enfants s’éclatent !

.

Esteban adore aller à l’Échappée Belle et retrouver
ses copains et copines … Eloi, Sohan, Samuel, Nahuel,
René Guy, Franck, Elana, Gabrielle, Norah, Loula Gwez, Eléva …

​Ils creusent des trous dans la serre, courent après les poules,
grimpent dans les arbres, jouent dans la terre et la poussière,
jouent aux hommes préhistoriques, fabriquent des arcs,
sautent sur les sacs de paille …

Un vrai paradis !

 

Aujourd’hui, nous rencontrons Delphine.
Elle nous parle entre autres de la consoude et de la digitale.

​La consoude a des feuilles piquantes, des fleurs violettes
qui se mangent, sa feuille ressemble à une plume d’indien.

​La digitale a une feuille dentelée et douce,
elle ressemble à la consoude mais n’est pas comestible.

Delphine demande aux enfants de décrire la plante, de la toucher,
de la sentir, d’observer sa forme, la couleur des nervures …

Elle nous explique comment goûter les plantes lorsque nous ne les connaissons pas …
Avec deux dents, on croque une feuille (c’est la partie la moins concentrée,
contrairement aux racines et aux baies) et, si c’est amer, on recrache …
En effet, les plantes utilisent plusieurs façons pour nous signaler
qu’elles ne sont pas bonnes … notamment, leur amertume !

​Nous faisons aussi connaissance de Tazab.

Il est venu avec d’autres amis dessinateurs
de « Croque and mob in Brocéliande », croquer quelques scènes de Vie.

https://croqandmob.wordpress.com/2017/05/02/jour-1-croq-and-pebroque/#jp-carousel-2047

.

Le Chant des Partisans

.

Après la Marseillaise, nous passons au Chant des Partisans …

​Depuis ce matin, Esteban l’écoute en boucle
pendant que je cherche des images pour l’illustrer.

​En fait, Esteban a une bonne mémoire auditive
et utilise peu les fiches avec des images ;
au final, elles me sont plutôt destinées.

​Ainsi, pendant l’heure que j’ai passée à illustrer
les 2 premiers couplets et à me familiariser avec les images,
je suis sûre qu’Esteban a déjà retenu les 4 couplets !

Cet après-midi, alors qu’il est avec Mamilie,
j’illustre les 2 derniers couplets.

​Voici le résultat

​Il me reste à imprimer, à plastifier et,
pour mieux le retenir, à mimer ce chant !

​Moi qui, il y a une dizaine d’années,
ai commencé à apprendre le langage des signes,
​je ferais bien de m’y remettre pour illustrer
les chansons que j’apprends !

.

.

***

En définitive, j’ai réalisé 4 fiches différentes du même couplet

– une, avec des images
​- une autre, avec des images à retrouver
​- une, avec seulement les paroles
​- et enfin une dernière, avec des couleurs différentes
pour les paroles imagées

 

​Je profite que Titouan soit là, pour tester avec lui
et voir ce qui passe le mieux !

Tandis que je progresse sur le jeu,
Titouan et Esteban jouent dehors en chantant

« Ami, entends-tu … ? »

***

.

Ce soir, à la place des histoires,
les garçons préfèrent chanter
le Chant des Partisans …

Christiane, qui est dans son jardin, profite du spectacle …
qu’ils lui offrent depuis le velux !

​Titouan en connaît déjà les paroles par cœur !

.

18 autres schtroumpfs

.

Aujourd’hui, nous retournons au magasin
où Esteban récupère 18 Sc‌htroumpfs
dont certains en double exemplaire
et parmi eux … deux qu’il n’avait pas !

​Il est super content, car il ose …
il ose aller vers différentes personnes !

​D’abord, il s’entraîne
en demandant le collector à la caissière.

Puis, il se dirige vers les caisses
où il repère les clients avec des chariots
ou des sacs bien garnis.

​Il constate, en effet, que bien souvent les courses
peu volumineuses n’atteignent pas un montant de 25 euros !

Bravo Esteban !

​Il continue d’échanger avec Mélanie qui,
elle aussi, collectionne les Schtroumpfs.

​Nous notons ceux qui lui manquent et,
si nous les avons en double,
nous les lui apporterons vendredi.

​A notre retour, je lui précise que les 18 figurines
équivalent à un montant de 450 euros d’achat,
soit presque la moitié des nos 1000 bâtonnets.

​Merci les Schtroumpfs qui lui font travailler

– l’intelligence interpersonnelle (Bout-en-train)​ …
aller vers les autres

– l’intelligence intrapersonnelle (Coeur en soi) …
​ en lui donnant confiance en lui

​- l’intelligence logico-mathématique (Calculine)
​ compter les figurines, l’argent pour acheter le collector
ainsi que l’argent que nous aurions dépensé
pour obtenir tous les Schtroumpfs

​- l’intelligence visuelle et spatiale (Imagio)
​ se repérer dans le collector et positionner
les figurines comme sur cette image

​- l’intelligence verbo-linguistique (Mot à mot)
​ écrire sur l’enveloppe adressée à Mélanie

.

Napoléon et les intelligences multiples !

.

Je suis impressionnée de tout ce que nous découvrons avec Napoléon.

Jamais je n’aurais imaginé aborder autant d’intelligences multiples

– L’intelligence visuelle et spatiale (Imagio)

Esteban reproduit inlassablement les différentes batailles,
il m’aide à faire des captures d’écran
et à positionner les images dans son livre sur Waterloo

boisson2 diapositive7 diapositive8

– L’intelligence musicale (Clé de sol)

Grâce au CD (Napoléon raconté aux enfants) qu’il écoute en boucle,
Esteban a découvert
. les musiques militaires,
. Paiziello et Singarelli, les compositeurs préférés de Napoléon
. l’Opéra avec l’Oratorio d’Haydn
. la Vestale de Spontini
. le Requiem de Mozart
. la Marche funèbre de Beethoven sur la mort d’un héros,
à l’enterrement de Lannes

cartes-napoleonopera

cartes-napoleonlannes

– L’intelligence verbale / linguistique (Mot à mot)

Esteban
. reprend dans ses batailles, le vocabulaire entendu
dans les vidéos, son CD et mes lectures
. lit les cartes que j’ai faites pour le motiver à la lecture
. participe à la création de notre livre sur Waterloo,
il écrit plusieurs petits textes
. s’intéresse aux écrits de Victor Hugo avec l’Expiation,
que l’on retrouve sur le CD, ainsi qu’à ce texte,
issu de son livre sur les Châtiments

« Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !
Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,
La pâle mort mêlait les sombres bataillons.
D’un côté, c’est l’Europe et de l’autre la France.
Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l’espérance ;
Tu désertais, victoire, et le sort était las.
O Waterloo ! je pleure et je m’arrête, hélas !
Car ces derniers soldats de la dernière guerre
Furent grands ; ils avaient vaincu toute la terre,
Chassé vingt rois, passé les Alpes et le Rhin,
Et leur âme chantait dans les clairons d’airain ! « 

Esteban apprécie énormément ces écrits.
Je pense les retravailler car ils me serviront de supports
pour son apprentissage à la lecture.

– L’intelligence intrapersonnelle (Cœur en soi)

Esteban s’écoute.
Hier soir, alors qu’à sa demande je lui lisais le livre sur Napoléon,
il m’a dit « Non, ce soir je n’ai plus envie d’entendre des histoires
sur la guerre, pas avant de dormir … je préfère des histoires du soir ! »

Avec l’histoire de Napoléon, il apprend à être encore plus à l’écoute de la peur.

A chaque fois que nous regardons des documentaires
ou que nous écoutons son CD, il me dit
« Là, tu entends, c’est la musique qui fait peur »

Ou, à l’enterrement de Lannes
« Là, c’est triste … »

– L’intelligence corporelle / kinesthésique (Agilo)

Esteban marche, il réalise des cartouches … comme les grognards !
Il reproduit les batailles de l’Empire.

– L’intelligence interpersonnelle (Bout en train)

Il raconte à ses copains et copines des histoires sur Napoléon.
Il montre son livre sur Waterloo aux personnes qui viennent à la maison.

– L’intelligence logico-mathématique (Calculine)

En confectionnant des cartouches avec du papier et du sel,
la logique et Calculine font leur apparition.
En effet, les soldats tirant 4 cartouches à la minute, nous en avons réalisé 56.
Esteban les a placées par 4 sur chaque carte numéroté de 1 à 14.

dsc08459

Bien que disposant des cartes de 1 à 60, pour montrer tout ce qu’un soldat
devait tirer en une heure, nous n’en avons pas réalisé 240 !

Esteban a aussi pris des mesures pour obtenir des cartouches de même longueur.

Nous avons abordé la notion des 1000 avec le nombre important des morts,
des blessés ou des hommes mobilisés et celle des chiffres romains
lors de nos lectures sur le Pape Pie Vll et sur Louis XVlll.

C’est incroyable de découvrir autant de choses lorsque nous nous penchons
à fond et avec passion sur un sujet !

.

Des bombes de bain extraordinaires !

.

Sasha, ma filleule, adore créer des objets en pâte à modeler,
gélartie, dessiner des mandalas.

image1

Tout comme moi, elle adore les fées et nous aimons échanger
des dessins à colorier et parler de nos découvertes.

Aujourd’hui, elle m’a envoyé cette vidéo sur les bombes de bain

Je la trouve tellement chouette que je la partage avec vous !

.

Merci Sasha !

Nourrir son élan de Vie

.

Depuis le début de l’année, j’apprends à me nourrir
de ce dont j’ai besoin, en me demandant tout au long de la journée,
« par dons d’Amour pour moi, qu’est-ce que j’ai besoin de nourrir en moi
(mon élan de Vie ? de me ressourcer ?) … et je me le donne ».

Au départ, je me posais cette question,
à moi-même, intérieurement ; puis, à haute voix
devant Esteban, et maintenant je la lui pose régulièrement.

Le soir, lors du rituel, je dresse à haute voix
le récapitulatif de tout ce qu’il s’est donné
pour nourrir son élan de Vie.

La question est « Comment je sais ce qui nourrit son élan de Vie ? »,
car pour le savoir, il est nécessaire de faire un travail sur soi,
en étant attentif à chaque fois que nous ressentons une émotion forte, du genre :

– larmes devant un film
– indignation profonde devant une situation qui se déroule devant nous
– moment de joie intense dans une situation particulière
– moment de paix et de plénitude
– film ou livre que tu pourrais revoir ou relire sans t’en lasser
– moment où nous nous mettons en action sans voir le temps passer
– personnes que tu admires profondément

En récapitulant tout cela sur un cahier, et en essayant d’y trouver
les points communs, nous trouvons des indices de :

– ce qui nous rend vivants
– ce qui nous touche le plus dans la vie
– ce qui nous motive à agir

et qui nourrit donc notre élan de Vie.

(Merci Sofia pour ce résumé qui m’évite de reprendre
tous nos cours et cahiers !).

Cette recherche sur l’élan de Vie, je l’ai menée pour moi,
patiemment, il y a quelques mois et, je l’avoue,
cela m’a pris beaucoup de temps.

Alors, comment sais-je pour Esteban ?

En fait, en comparant mon profil « métamorphose » et ce qui nourrit
mon élan de Vie (formation professionnelle suivie avec Flora, afin de définir
les couleurs de vêtements (= les actions que l’on pose dans le Monde),
les matières ( = l’énergie que l’on met dans ces actions),
et les formes ( = la place que l’on prend dans le Monde),
j’ai réalisé qu’il existait une parfaite concordance …

Tout cela, je le sais en théorie depuis plusieurs mois,
et ce n’est que ces derniers jours que je le ressens vraiment,
en apprenant à me « donner » ce dont j’ai besoin.

Plus je me donne des dons d’amour, plus je nourris en moi ce qui y est déjà,
car les dons d’amour que je m’apporte sont mes Dons, mon Art …
que je retrouve dans le résumé de mon profil « métamorphose ».

Donc, pour trouver l’élan de Vie d’Esteban,
j’ai tout simplement repris son profil.

– Il a posé des actions, pour donner du plaisir à autrui,
en créant des cadeaux pour son papa

– Il les a réalisées avec joie et légèreté

– Il s’est donné les moyens et le temps de réaliser
ce qui lui tenait à cœur (en créant plus de 19 lettres,
qu’il a décorées avec patience) pour que, vendredi soir
lors du retour de Yann, tout soit prêt sous le sapin !

C’est en me donnant mes dons d’amour, et en ressentant toute la Vie
que cela m’apporte en moi, que je comprends l’importance
de se donner ce dont nous avons besoin.

C’est assez difficile de l’expliquer avec des mots,
le mieux est de le vivre et de se les donner.

Essayez, et vous verrez toute la Vie que vous nourrissez en vous
et tout l’Amour que vous vous apportez, en vous « donnant » !

En découvrant cela, j’ai voulu voir si, naturellement,
les enfants se donnent ce dont ils ont besoin,
si nous les laissons s’exprimer …

J’ai été stupéfaite de constater, en observant Esteban cette semaine,
qu’il se donne bel et bien tout ce dont il a besoin !

Je suis heureuse de ne pas l’avoir arrêté dans son élan,
lorsqu’il a pris tous les papiers cadeaux et un certain
nombre d’enveloppes.

Je dois avouer que, dans un premier temps, j’ai pensé

« Oh là là ! toutes ces enveloppes et ce papier gaspillés, mais pourquoi ? »

Je l’ai accepté, j’ai pris de la hauteur pour changer mon angle de vue,
et j’ai surtout réalisé que c’est moi qui aurait gaspillé
tout son élan de Vie et d’Amour pour lui en l’arrêtant.

Je me réjouis d’avoir réagi de cette façon, car ça fait toute la différence !

Esteban s’est donné les moyens d’aller au bout de ses dons !

Il est si heureux de créer tout cela, ses yeux brillent …
il profite du voyage autant que de la destination !

Waouh! lequel de nous deux est en apprenti Sage cette semaine ?

.

.

Un nouveau rêve

.

Maintenant qu’Esteban est sur le point de réaliser deux de ses rêves,
mercredi il rencontrera Fred et découvrira la Tour Eiffel,
un autre germe dans son esprit : Le Clos Lucé.

clos-luce

Il est fasciné par ce lieu où Léonard de Vinci a vécu ses dernières années
et où sont exposées ses inventions.

inventions

Il me demande où ça se trouve.

Je lui précise que le Château du Clos Lucé se situe dans la ville d’Amboise,
entre chez Ginette et chez nous, et que ce serait une bonne idée
de s’y rendre en allant chez Ginette … nous en profiterions aussi
pour visiter les Châteaux de la Loire !

Sur internet, je lui montre le lieu et en profite pour lui présenter
ce qu’il est possible de visiter à Paris.

.

Un point sur mes cahiers

.

Tôt ce matin, en notant sur les cahiers d’Esteban,
je me rends compte que je n’ai pas ouvert de cahiers
correspondant à Imagio, Clé de Sol, Agilo et Bout-en-train …

J’y remédie de suite.

En fait, je prends conscience que j’ai ouvert les cahiers
directement liés à mes intelligences multiples,
celles que je développe le plus.

Désormais, je porterai davantage mon attention
sur ces autres intelligences car,
même si je le remarque moins,
Esteban les développe également.

Il adore écouter la musique, produire des sons,
apprendre en faisant ou faire des puzzles …

Ce qui est étonnant, hormis Clé de Sol
que je n’ai jamais réellement développé,
c’est que j’ai fait l’impasse
sur les 3 intelligences pourtant développées auparavant

.

Sur la toile : un art est né !

.

Depuis hier, Esteban est passionné par la réalisation
d’une toile d’araignée.

dsc07457

Il s’applique à passer et à nouer des fils entre les chaises,
le meuble et la table de la salle. Il trouve des solutions
pour que les fils tiennent entre eux et sur leurs supports.

En fait, il crée cette toile pour s’amuser avec Titouan.

Il apprend

– que les fils exigent d’être bien tendus

– que le support sur lequel il les accroche a besoin d’être solide
et stable (le scotch, le parapluie, la pompe à vélo ne sont pas adaptés)

– à faire des nœuds

– à visualiser les différentes possibilités pour passer ses fils
et pour les attacher

– à repérer les endroits où il manque des fils

Il apprend également la patience et la persévérance.

Il développe non seulement

* Imagio, visualisation dans l’espace
* Calculine, en anticipant le résultat
* Brin de nature, en reproduisant une toile d’araignée

mais aussi

* Agilo, en faisant des nœuds et en se faufilant entre les fils de la toile
* Cœur en soi, en réalisant et en se donnant les moyens de reproduire ce qui lui plait …

Je demande à Esteban quels jeux il pourrait inventer à partir de cette toile.

Je lui propose de passer dans tous les trous sans toucher
les fils, en les comptant.

Lui, propose de passer sous les fils et de mettre de la peinture
phosphorescente pour qu’elle brille dans la nuit !

Nous pourrions aussi

. reproduire les toiles d’araignées que nous découvrons dans la Nature
. faire des jeux de paires avec des araignées et leur toile
. prendre des photos de toiles avec la rosée
. installer des grelots sur sa toile,
qui sonneraient dès que nous toucherions les fils
. réaliser des araignées à l’aide de cure pipes
. jouer à être une araignée
. regarder des documentaires sur les araignées,
des « C’est pas sorcier », un « Bus magique »


. consulter des livres

Esteban installe donc des grelots sur sa toile,
mais ça ne fonctionne pas !

Je lui lis le mythe d’Arachnée et d’Athéna
qui transforma sa rivale … en araignée.

dsc07462

Nous remontons à l’origine du mot

– arachno logie, science des araignées
– arachno logue, spécialiste des araignées
– arachno phobie, peur des araignées

Esteban me demande

« Quand on a peur des scorpions, on est aussi arachnophobe,
parce que les scorpions, les araignées, les faucheux sont classés
dans la famille des arachno ? »
« Et quand on a peur de tous les animaux ? »

« Je pense que l’on est éthophobe, car l’éthologie est la science des animaux ? »

Mais, en cherchant sur le net, je ne trouve rien qui corresponde
à la peur des animaux …

Quelqu’un qui a peur de tout est pantophobe (de la solitude, des animaux …).

Je ressors les cartes sur les sciences et scientifiques,
pour voir de quoi nous pourrions avoir peur.

dsc07454

Ceci est un excellent moyen de revoir le vocabulaire et de déchiffrer les mots.

Titouan arrive, son défi est d’attraper, avec ses pieds, les insectes en plastique
posés sur la toile … et de les mettre dans une boite sans les faire tomber.

Ensuite, il souhaite passer dans la toile quand il fait noir.

Nous fermons les volets, mais n’obtenons pas l’obscurité souhaitée.

En invitant Titouan, Esteban partage un moment avec lui
et fait donc intervenir ‘Bout en train’.

En inventant une chanson sur l’araignée,
il fait appel à ‘Mot à mot’ et ‘Clé de sol’

Une araignée
a avalé
un scarabée

Elle a mangé
un bousier
et fait prisonnier
un autre bousier

En réfléchissant à l’air de la chanson, ‘Clé de sol’ intervient.

Il en est de même lorsque les enfants s’apprêtent à passer dans la toile
et qu’ils cherchent à inventer des musiques qui font peur.

Une fois de plus, en faisant confiance à son élan de Vie,
Esteban développe toutes ses intelligences.

Et je ne suis pas encore au bout de toutes mes découvertes,
car la toile est toujours dans la salle …

Qui sait ce qu’Esteban inventera encore !

En poursuivant mes recherches sur la peur des animaux, je découvre ce lien

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/Phobies/liste-phobies-sujet_312_1.htm

phobies

et apprend que les zoophobes sont des personnes ayant peur de certains animaux,
donc la peur des animaux pourrait être la zoophobie.

Esteban me demande

« La peur des abeilles, c’est l’apiphobie ? »

« Mais, oui tu as raison Esteban, il s’agit bien de l’apiphobie. »

En fin d’après-midi, après le départ de Titouan, Esteban et Mamilie
vont à la médiathèque ; ils rapportent plusieurs livres
dont 2 sur les araignées.

araignee1

araignee-2

A peine rentré, Esteban se plonge dans ces livres
ainsi que dans des magazines « Tout comprendre »
que Christèle, la maman de Titouan, nous a prêtés !

dsc07463

.

En visionnant le « C’est pas sorcier » traitant la peur des araignées,
nous découvrons que les personnes que rencontre Sabine sont celles
qui ont écrit le livre emprunté hier à la médiathèque.

Lorsque j’en fais part à Esteban, il n’en revient pas
et son regard s’illumine de bonheur !

En regardant ce livre d’Alain Canard et de Catherine Rolland,
invités de Sabine, nous découvrons qu’il existe une quinzaine de sortes d’épeires

– l’épeire des roseaux
– l’épeire des fenêtres
– l’épeire des fougères
– …

et non seulement l’épeire diadème que nous connaissons,
pour l’avoir rencontrée sur les arbustes chez Pascal.

Aujourd’hui, Esteban ajoute des fils à sa toile,
il reproduit le monde qu’il a vu dans le « C’est pas sorcier »
et dans les livres.

Il utilise déjà le vocabulaire et les connaissances apprises dans la théorie
pour se les approprier dans la pratique, tout en s’appliquant à prononcer
les sons appris chez Clémentine !

Ce qui tombe à point nommé, car cette semaine ce sont les sons complexes …
les ‘cr’, les ‘ct’, les ‘gr’ …

Alors, lorsqu’il dit et redit

« Les grosses araignées avec des gros grelots »

… ça aide à avancer sur les sons !

.

.

.